Toutes les actualités

La publicité alimentaire à destination des enfants

Publié le 2 février 2022
Rédigé par 
Ecolo

De trop nombreux jeunes Belges sont en surpoids, en raison notamment de leur consommation trop importante d’aliments ultra-transformés, souvent trop gras, sucrés ou salés. Or ces aliments sont ceux qui bénéficient de la plus grande couverture promotionnelle auprès des enfants. Il apparaît aujourd’hui essentiel de lutter contre ce problème en encadrant davantage la publicité pour des aliments malsains. Nous proposons de limiter progressivement toute forme de marketing ciblant des enfants pour ces produits, que ce soit en ligne, à la télévision ou via les emballages des denrées alimentaires.

Les Belges absorbent environ un tiers de leur énergie quotidienne sous forme de produits alimentaires ultra-transformés1, et cette tendance est plus marquée chez les enfants. La composition de ces produits fait la part belle aux sucres ajoutés, au sel et aux graisses saturées ainsi qu’à de nombreux arômes, colorants et autres additifs. Une consommation élevée de cette alimentation ultra-transformée est donc à l’origine d’un régime alimentaire moins sain. Or l’alimentation déséquilibrée constitue l’une des causes principales des problèmes de surpoids et d’obésité. En 2019, l’institut de santé Sciensano indiquait que 19% des jeunes (de 2 à 17 ans) étaient en surpoids, et 5,8% des jeunes étaient obèses. L’organisme préconise ainsi une consommation de produits ultra-transformée aussi limitée que possible.

Dans le cadre d’une enquête menée récemment, l’organisme de défense des consommateurs Test Achat révèle que ce sont majoritairement des aliments gras, sucrés ou salés qui sont mis en avant grâce à un emballage attractif pour les enfants. Parmi les collations analysées par Test Achat, 71 % avaient un Nutri-Score D ou E. Un phénomène confirmé par Sciensano, qui a analysé le contenu des brochures promotionnelles des différentes chaînes de supermarchés belges pendant un an. Il en ressort que les aliments ultra-transformés sont ceux qui bénéficient de la plus grande couverture promotionnelle.

Or les jeunes sont une cible privilégiée des industriels, qui peuvent façonner dès le plus jeune âge leurs habitudes alimentaires. Les enfants et les adolescents constituent par ailleurs un public très influençable et facile à séduire. Plusieurs études ont montré que les enfants de moins de 8 ans sont incapables de discerner l’intention commerciale du marketing, les jeunes enfants ignorent donc que l’objectif est de les persuader d’acheter un produit. Les industriels recourent ainsi à différentes stratégies afin de les conquérir : mascottes et personnages issus de dessins animés, sportifs, jeux à l’arrière de la boîte, etc. Ils font également appel à des plate-formes populaires auprès de ce public pour diffuser leurs spots publicitaires : la télévision, mais surtout les réseaux sociaux (YouTube, Instagram et Facebook).

Afin de préserver la santé des jeunes, il est donc essentiel de réduire leur exposition à des messages publicitaires promouvant une alimentation malsaine. L’encadrement actuel de la pub relève largement de l’auto-régulation, qui a montré ses limites. Il convient donc de mettre en place des balises claires visant à limiter progressivement toute forme de marketing et de publicité pour des produits alimentaires reconnus comme néfastes pour la santé, selon des critères déjà mis en place par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Des mesures peuvent être dès à présent mises en place pour atténuer l’impact de l’exposition des enfants à ces publicités, comme la promotion d’une alimentation saine et équilibrée par la biais de campagne d’éducation.

Nous considérons qu’un encadrement légal de la communication publicitaire destinée aux enfants est justifié pour garantir la capacité du public à prendre ses décisions d’achat de manière autonome. Il s’agit aussi d’un premier pas indispensable pour développer des comportements alimentaires plus sains.

Des idées à l'action

  • Portrait de Inga Voss

    Inga Voss

    Députée du Parlement germanophone

    Voir le profil
    Portrait de Matteo Segers

    Matteo Segers

    Député bruxellois, Député au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles

    Voir le profil
  • Portrait de Margaux De Re

    Margaux De Re

    Députée bruxelloise, Députée au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles

    Voir le profil
    Portrait de Hicham Talhi

    Hicham Talhi

    Député bruxellois

    Voir le profil
  • Portrait de Pierre-Yves Lux

    Pierre-Yves Lux

    Député bruxellois

    Voir le profil
    Portrait de Bénédicte Linard

    Bénédicte Linard

    Ministre de l'Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des Femmes de la Fédération Wallonie-Bruxelles

    Voir le profil

Restez informé·e·s

Inscrivez-vous à la lettre d'info !

Vos questions les plus fréquentes

Consultez la FAQ des idées
Portrait d'une femme portant un masque de protection

Plus d'actualités