Actualités

Actualité

Climat : le Parlement de Wallonie appelle le Gouvernement wallon à défendre une position ambitieuse lors de la COP25

27 novembre 2019
Climat : le Parlement de Wallonie appelle le Gouvernement wallon à défendre une position ambitieuse lors de la COP25

Le Parlement de Wallonie a adopté aujourd’hui une motion appelant le Gouvernement wallon à se montrer ambitieux lors de la COP25 qui s’ouvre ce lundi 2 décembre prochain à Madrid.

Ecolo rappelle que la Wallonie pourra jouer un rôle majeur dans la lutte contre le dérèglement climatique, en s’appuyant notamment sur la Déclaration de politique régionale ambitieuse en la matière. Cette dernière prévoit en effet la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la Wallonie de 55% d’ici 2030, et de 95% d’ici 2050 (par rapport à 1990).

« La Wallonie est sur la bonne voie pour respecter ses engagements climatiques en 2020 en réduisant d’au moins 30 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, mais nous prenons également la bonne direction en termes de production en énergie renouvelable », commente Jean-Philippe Florent, député wallon Ecolo. « Nous attendons donc de nos représentants régionaux présents lors de la COP25 qu’ils y défendent une position ambitieuse, en lien avec l’accord de Gouvernement et de son axe fort lié à la transition écologique et solidaire », poursuit Jean-Philippe Florent.

La motion qui vient d’être adoptée demande en outre au Gouvernement wallon de mettre tout en œuvre pour conduire notre pays à établir un Plan national Énergie-Climat (PNEC) 2030 avec des ambitions climatiques claires, ambitieuses et chiffrées. Enfin, il est également demandé au Gouvernement wallon de porter l’enjeu de l’accord intrabelge de partage de la charge devant le prochain comité de concertation. « La Ministre flamande en charge de l’Environnement et de l’Énergie a officiellement déclaré que la Flandre n’atteindrait pas ses propres engagements climatiques en 2020. Notre pays est composé de plusieurs Régions, mais c’est la Belgique dans son ensemble qui risque d’être condamnée par l’Union européenne pour le non-respect des objectifs énergie-climat 2020. Il est donc important que ce point soit abordé lors du prochain comité de concertation. C’est ensemble que nous pourrons relever le défi climatique et le transformer en opportunités et en mieux-être pour notre société. Cet enjeu ne connaît pas de frontière, linguistique ou autre », conclut Jean-Philippe Florent.