Actualités

Actualité

Ecolo-Groen introduit une proposition de loi pour suspendre la dégressivité des allocations de chômage

8 avril 2020
Ecolo-Groen introduit une proposition de loi pour suspendre la dégressivité des allocations de chômage

Les écologistes souhaitent geler la dégressivité des allocations de chômage tant que dure la crise sanitaire liée au Coronavirus. « Nous devons tout mettre en œuvre pour qu’une catastrophe sociale ne vienne pas s’ajouter à la crise sanitaire. Geler la dégressivité des allocations de chômage le temps de la crise, c’est offrir un répit aux chercheuses et chercheurs d’emploi. Dans un contexte où les chances de recrutement sont très faibles, il n’est en effet pas acceptable de continuer à mettre une telle pression sur des personnes qui ne peuvent pas trouver de travail, et qui risquent de basculer dans la pauvreté si on diminue leurs maigres allocations », commente la députée fédérale Ecolo et Présidente de la Commission des Affaires sociales Marie-Colline Leroy.

« Les règles établies ne peuvent pas rester figées sans tenir compte d’une situation générale exceptionnelle. Énormément de personnes sont inquiètes quant à leur situation financière et il est devenu très difficile de chercher un emploi dans le contexte actuel. Il est évident qu’on ne peut pas continuer de considérer que les allocations peuvent continuer de diminuer automatiquement tant que la crise du Coronavirus dure. Les écologistes veulent un bouclier social généralisé. Pour les plus fragiles, cette mesure va y contribuer », ajoute le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre.

Concrètement, Ecolo-Groen propose que les jours d’allocation de chômage ne soient plus pris en compte dans le calcul de la durée de l’allocation de chômage à partir du 13 mars.

Depuis le début de la crise, les écologistes veulent se mettre plus que jamais du côté des solutions. Ils formulent régulièrement des propositions au Gouvernement fédéral pour améliorer l’approche globale liée à la crise que nous vivons.

« Certains secteurs, comme les soins de santé, l’alimentation, l’agriculture, la distribution… ont des besoins supplémentaires en matière de main d’oeuvre. Pourvoir à ces besoins en priorité nous semble un bonne opportunité à saisir, tant pour les chercheurs d’emploi qui peuvent en outre se constituer une nouvelle expérience professionnelle, que pour les secteurs concernés. Bien évidemment, il y a des règles et des points d’attention à respecter, notamment en matière de protection des travailleurs et de contribution sociale, mais il y a là une piste intéressantes à creuser. En attendant, les personnes qui ne trouvent pas d’emploi dans le contexte actuel doivent pouvoir obtenir un répit financier, via le gel de la dégressivité des allocations. C’est pourquoi nous demandons qu’une telle décision soit prise rapidement », concluent Marie-Colline Leroy et Gilles Vanden Burre.

La proposition de loi des écologistes sera prise en considération demain en plénière de la Chambre.