Toutes les actualités

La perte de la biodiversité, une crise aussi importante que la crise climatique

Publié le 15 juin 2021
Rédigé par 

Cet après-midi, au programme de la Commission Environnement: la biodiversité en vue de la prochaine COP15. Une préoccupation dont s’est emparé le groupe Ecolo-Groen à la Chambre, en déposant une proposition de résolution votée ce jour et qui vise à soutenir et à mettre en œuvre la stratégie européenne en faveur de la biodiversité et en faisant de la biodiversité un enjeu politique incontournable.

Cette résolution s’inscrit dans un contexte particulier de pandémie. Alors qu’il est aujourd’hui de notoriété publique que la perte de la biodiversité augmente les risques d’épidémies par zoonoses, celle-ci est pourtant directement menacée par divers facteurs : le changement climatique, la déforestation et la réaffectation des sols, la chasse et la pêche intensive, les pollutions,…

“Selon l’IPBES, environ 1 million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction, tandis que 75% de la surface terrestre et 66% du milieu marin ont été significativement modifiés par l’action humaine. Mais l’enjeu de la biodiversité est bien plus qu’environnemental. La perte de la biodiversité a des conséquences désastreuses sur l’économie, l’alimentation, l’accès à l’eau, la santé et creuse davantage les inégalités existantes”, explique Séverine de Laveleye, députée fédérale.

En raison de ces chiffres alarmants, les écologistes demandent une réaction forte et ce, à plusieurs niveaux. Au niveau européen, Ecolo-Groen demande de renforcer les objectifs en matière de biodiversité, en les rendant contraignants, et en y mettant les ressources suffisantes pour ce faire. Et de défendre ceux-ci lors de la COP15. Les écologistes demandent également de transposer au niveau fédéral les objectifs de la stratégie européenne en matière de biodiversité, mais aussi d’établir un plan d’action national concret et d’y investir les ressources financières nécessaires.

“Nous devons en outre lutter activement contre la déforestation importée et jouer un rôle actif dans la réduction de l’utilisation des pesticides. Au niveau international, la protection de 30% des océans doit devenir un objectif commun”, explique Séverine de Laveleye qui poursuit: “l’humanité fait face à une double crise sans précédent : le changement climatique et l’effondrement des écosystèmes. Ils se renforcent l’un l’autre. Il est absolument nécessaire de repenser radicalement nos modes de vie, nos modes de production et de consommation, en vue de préserver nos écosystèmes”.

La proposition de résolution d’Ecolo-Groen a été votée cet après-midi en Commission. Une première victoire mais la route est encore longue pour sauver la biodiversité.

Restez informé·e·s

Inscrivez-vous à la lettre d'info !

Vos questions les plus fréquentes

Consultez la FAQ des idées
Portrait d'une femme portant un masque de protection

Plus d'actualités