Actualités

Presse

Sous l’impulsion des écologistes et libéraux, la Chambre donne un mandat clair au Gouvernement fédéral pour doubler le financement international de la lutte contre le dérèglement climatique

25 octobre 2019
Sous l’impulsion des écologistes et libéraux, la Chambre donne un mandat clair au Gouvernement fédéral pour doubler le financement international de la lutte contre le dérèglement climatique

Le 23 septembre 2019, le Premier Ministre Charles Michel promettait lors d’un sommet spécial des Nations Unies consacré au climat de doubler la contribution belge au Fonds Climat (Green Climate Fund).

Ces paroles ne pouvaient pas rester en l’air. Sous l’impulsion des écologistes et des libéraux, cette promesse s’est convertie ce soir en action concrète. «  Grâce au vote de cette résolution, une large majorité de la Chambre demande au Gouvernement fédéral de concrétiser sa promesse de doubler la contribution fédérale et de la porter à 120 millions € annuels. Ce financement supplémentaire doit aider les pays les plus vulnérables à mieux lutter contre les effets du dérèglement climatique », commenteSarah Schlitz, députée fédérale Ecolo.

Aujourd’hui et demain se déroule à Paris un nouveau round de négociation autour du financement du Fonds Climat. Ce Fonds, actif depuis 2014, finance des projets visant à réduire les émissions de CO2 dans les pays en voie de développement, à lutter contre la déforestation et à participer à la transition. Sarah Schlitz : «  La Belgique rejoint ainsi le peloton des pays européens les plus volontaristes en vue de réaliser une transition juste à l’échelle de la planète. »

Les écologistes espèrent que ceci ne constitue que les prémisses d’une politique climatique plus ambitieuse tant au niveau belge qu’européen. Pour la fin de l’année, la Belgique doit introduire auprès de la commission européenne un plan national Energie-Climat revu à la hausse. Pour rappe, cette même Commission européenne tapait récemment sur les doigts de la Belgique pour le manque d’ambition du projet de plan initial qui n’était même pas en phase avec l’objectif européen de réduction des émissions de CO2 de 35 %.

« Le prochain gouvernement devra s’atteler à un véritable « new green deal » susceptible de concrétiser une transition juste. Dans l’attente d’un gouvernement, le Parlement est déjà au travail. Le vote de cette résolution prouve qu’il existe un large soutien pour mettre en œuvre des mesures concrètes et ambitieuses en matière de lutte contre le dérèglement climatique », conclut Sarah Schlitz.