Actualités

À la une

Manifestation des blouses blanches: Ecolo soutient les travailleurs de la santé et relayera leurs revendications

24 octobre 2019
Manifestation des blouses blanches: Ecolo soutient les travailleurs de la santé et relayera leurs revendications

Le personnel de santé se mobilise aujourd’hui pour une journée nationale d’action et de grève dans les soins de santé dépendant du fédéral. En cause, les conditions de travail et salariales toujours plus difficiles de ce secteur pourtant fondamental. Ecolo partage les revendications de ces femmes et de ces hommes qui consacrent leur temps et leur énergie à la santé des autres.

Au cours de la législature passée, les écologistes n’ont eu de cesse de dénoncer l’inaction et les mauvaises décisions du Gouvernement fédéral, notamment en termes de non-prise en compte de la pénibilité des carrières et de valorisation de ces métiers essentiels que sont ceux de la santé.

Ecolo rappelle notamment que les normes de personnel en Belgique dans les hôpitaux sont de 1 infirmier pour 11 patients, alors que la norme dans les autres pays et dans les recommandations internationales sont de 1 pour 8 patients sur 24h.

« Il est urgent de consacrer le budget suffisant. La norme de 1 pour 11 patients nécessiterait l’engagement de 20.000 infirmiers, soit un budget de 2 milliards. Ces moyens ne pourront sans doute pas être dégagés du jour au lendemain, mais cela prouve le gouffre face auquel se trouvent actuellement les blouses blanches », commente la députée fédérale Ecolo Laurence Hennuy.

En dehors des considérations liées aux conditions de travail, les écologistes souhaitent également que les infirmiers et les infirmières entrent dans les organes de gestion décisionnels des hôpitaux, où seuls les médecins sont actuellement représentés en tant que praticiens. « En effet, ce personnel soignant est présent dans tous les départements, et reflète d’autres réalités et préoccupations. Il serait donc logique qu’ils soit impliqués dans l’élaboration des réseaux hospitaliers, comme les médecins des hôpitaux le sont », poursuit Laurence Hennuy.

« Tous ces métiers doivent être valorisés à leur juste valeur. C’est pourquoi nous appelons à une revalorisation des barèmes, la valorisation de ces fonctions essentielles afin de notamment pallier la pénurie, et l’amélioration du bien-être au travail, entre autres via l’aménagement des fins de carrières. Il est urgent que nous puissions disposer d’un Gouvernement de plein exercice et de pleine capacité budgétaire. En attendant, nous soutenons et porterons au cours de cette nouvelle législature les légitimes revendications des travailleuses et travailleurs en grève aujourd’hui », conclut Laurence Hennuy.