Actualités

Presse

Ecolo s’oppose au projet d’élargissement du Ring

6 novembre 2019
Ecolo s’oppose au projet d’élargissement du Ring

Le 30 septembre dernier, les négociateurs flamands de la « suédoise bis » sont parvenus à un accord de majorité. L’accord présenté par le nouveau Gouvernement flamand confirme la volonté de mettre en œuvre rapidement le projet de renforcement de la capacité du Ring (R0) qui encercle le territoire de la Région bruxelloise.

Une telle mesure ne tient pas compte de l’impact qu’un tel élargissement aurait sur Bruxelles et ses habitant·e·s qui subiront de plein fouet les conséquences de ce renforcement de la capacité routière, telles que la hausse du trafic et des embouteillages et une augmentation de  la pollution de l’air.
« Il faut en effet garder en tête que l’élargissement du Ring ne constitue aucunement une solution pour lutter contre la pression automobile », affirme Tristan Roberti, député ECOLO au Parlement bruxellois. « Il est prouvé qu’élargir les bandes d’accès contribue à renforcer la capacité d’accueil ce qui ne fait qu’augmenter le flux de circulation. Ce phénomène porte même un nom : le paradoxe de Braess. »
Rappelons que chaque année, ce ne sont pas moins de 15.000 belges, parmi lesquels 600 bruxellois qui décèdent prématurément des suites de maladies liées à la mauvaise qualité de l’air.
C’est dans ce sens que Tristan Roberti a interpellé Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois et Elke Van den Brandt, Ministre bruxelloise de la mobilité au Parlement régional en rappelant à quel point il est essentiel que la Région bruxelloise défende l’intérêt de ses habitant·e·s dans ce dossier. À cette occasion, tous deux, ainsi qu’Alain Maron, Ministre bruxellois de l’Environnement, ont rappelé qu’ils s’opposaient fermement à cet élargissement.
« Pour répondre à ces enjeux, ce sont d’autres mesures, d’une toute autre philosophie, qui doivent être élaborées pour le Ring telles que la réduction de la vitesse et, bien évidemment, le développement des infrastructures cyclables et des transports en commun pour offrir des alternatives. », ajoute Tristan Roberti.