Actualités

Presse

Wallonie : Le Parlement modernise le droit de pétition pour organiser le droit d’être entendu

13 juillet 2020
Wallonie : Le Parlement modernise le droit de pétition pour organiser le droit d’être entendu

Ce lundi après-midi, la Commission des Affaires générales du Parlement de Wallonie a voté les textes déposés par la majorité wallonne Ecolo-PS-MR visant à moderniser le droit de pétition et donnant le droit pour les citoyen·ne·s d’être entendu·e·s par le Parlement.

À l’heure actuelle, le règlement prévoit la possibilité pour un·e pétitionnaire d’être entendu·e devant le Parlement, mais ce n’est qu’une possibilité. Avec les textes adoptés ce lundi, les pétitionnaires n’auront plus juste la possibilité, mais bien le droit automatique d’être entendu·e·s une fois les 1000 signatures obtenues.

« La Déclaration de politique régionale que nous avions conjointement conclue prévoyait la modernisation du droit de pétition afin de donner le droit aux citoyen·ne·s d’être entendu·e·s », explique Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement de Wallonie. « Nous nous réjouissons de cette avancée, qui est un pas vers une démocratie plus participative, vers une plus grande participation citoyenne dans la prise de décision politique. En outre, ce droit sera ouvert dès l’âge de 16 ans, ce qui est également un choix positif ».

« Nous avons conscience des défis qui se présentent à nous, notamment en matière de confiance des citoyen·ne·s envers la politique », ajoute Rodrigue Demeuse, député Ecolo. « Il nous semble donc indispensable d’oeuvrer dans toutes les entités où nous sommes présents pour ouvrir la porte à plus de participation citoyenne. Ca a été le cas récemment au Parlement bruxellois et nous venons de déposer une proposition ambitieuse au Sénat. Nous sommes ravis de pouvoir également avancer concrètement en ce sens au Parlement de Wallonie. Mais le travail ne s’arrête pas là et nous continuerons à pousser dans cette direction dans les années à venir avec d’autres avancées importantes attendues », conclut Rodrigue Demeuse.