Actualités

Presse

Les écologistes réclament l’interdiction du survol des centrales nucléaires

27 juin 2020
Les écologistes réclament l’interdiction du survol des centrales nucléaires

Dans un objectif de sécurité publique, Ecolo-Groen souhaite interdire le survol des centrales nucléaires, tel que ça existe déjà pour d’autres site (comme le Palais Royal) ou dans d’autres pays (comme en France). Dans ce but, les écologistes viennent de déposer une proposition de loi à la Chambre.

Co-auteur de la proposition de loi avec sa collègue Tinne Van der Straeten, le député écologiste Samuel Cogolati veut avancer des solutions concrètes et directement réalisables pour améliorer la sûreté nucléaire : « Il est urgent de tenir compte de la réalité et des énormes Boeing 747 qui survolent Tihange plusieurs fois par semaine. Liège est devenu l’un des plus grands aéroports de fret en Europe. Mais les réacteurs nucléaires, eux, ne pourraient résister au crash d’un tel avion-cargo. Nous exigeons donc , pour prévenir tout risque pour la population, d’interdire purement et simplement le survol de Doel et Tihange. C’est très facilement réalisable et c’est donc urgent », explique-t-il.

Les centrales nucléaires de Tihange et Doel sont situées dans une zone où le survol est libre et autorisé au-dessus de 700 mètres (dans un rayon d’1,5 km). Pour Samuel Cogolati, cette réglementation est trop laxiste : « Depuis 1954, il est totalement interdit de survoler les palais de Laeken et Ciergnon. Si c’est possible pour des domaines royaux, cela doit l’être d’autant plus pour le survol des centrales nucléaires, vu le danger qu’elles représentent pour la population ! En France, l’interdiction de survol va même jusqu’à 1000 m d’altitude et s’étend à 5 km autour des centrales nucléaires. Et l’infraction est là-bas passible d’emprisonnement ! Il nous semble donc logique et raisonnable d’étendre l’interdiction de survol à Tihange et Doel. Il en va de notre sécurité à toutes et tous. », conclut-il.

Les écologistes réclameront le traitement en urgence de leur proposition, dès lors que depuis février 2020, les prescriptions de sûreté nucléaire exigent de prendre en compte les avions-cargos qui survolent le site de Tihange et atterrissent tous les jours à Liège Airport. Et qu’il ressort des derniers rapports de stress tests qu’aucun réacteur belge n’a été conçu pour résister à la chute d’un avion-cargo. Tihange 1, Doel 1 et 2 ne peuvent résister qu’à la chute d’avions légers.