Actualités

Actualité

Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes : Ecolo se mobilise pour l’égalité

8 mars 2020
Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes : Ecolo se mobilise pour l’égalité

Les écologistes se mobiliseront une nouvelle fois ce 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, pour rappeler leur engagement politique pour l’égalité entre les femmes et les hommes. En effet, de nombreuses inégalités subsistent, qu’il s’agisse par exemple des salaires (9,6 % d’écart*),des emplois à temps partiels (79 % d’entre eux sont occupés par des femmes**) ou des écarts de pension (40 % d’après le SPF Pension).

« Nous sommes en 2020 et les inégalités restent trop nombreuses, dans la sphère professionnelle mais également privée, lorsqu’on voit les décalages qui subsistent en termes de répartition des tâches par exemple », commentent les coprésidents d’Ecolo Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet. « L’égalité et l’émancipation font partie de l’ADN d’Ecolo, et pas seulement le 8 mars. Pour y arriver, il nous faut des mesures transversales, qui touchent l’ensemble des sphères de notre société », poursuivent Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet, qui saluent à ce titre le travail entamé par la Ministre des Droits des Femmes Bénédicte Linard notamment en matière de traitement médiatique des violences faites aux femmes ou encore l’élaboration en cours d’un plan Droits des femmes en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Aller vers plus d’égalité entre les femmes et les hommes passe par de nombreuses mesures, parmi lesquelles se trouvent notamment la transparence des rémunérations, l’individualisation des droits, l’automatisation et l’allongement des congés de naissance pour les père et les co-parents, les quotas de femmes dans les comités de direction des entreprises publiques afin de briser le ‘plafond de verre’, la déconstruction des stéréotypes de genre dès la petite enfance,…

« Chaque sphère doit pouvoir être examinée sous l’angle ‘femme/homme’, car tout est dans tout. Des congés de naissance automatiques et allongés, outre le lien avec son enfant, crée par exemple une meilleure répartition des tâches entre les deux parents. Les femmes travaillent davantage à temps partiel, ce qui a des conséquences importantes sur le montant de leur pension. Dans un autre domaine, l’espace public, est encore trop généralement pensé pour les hommes en bonne santé, c’est très visible lors des ‘marches exploratoires’, qui démontrent notamment les raisons pour lesquelles les femmes se sentent moins libres de se déplacer en rue sans se sentir en danger », ajoutent Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet.

« Ces quelques exemples montrent l’ampleur du travail qui reste à accomplir. C’est la raison pour laquelle les écologistes marcheront une nouvelle fois ce dimanche pour réclamer l’égalité entre les femmes et les hommes, et poursuivront le travail le reste de l’année afin de concrétiser ces revendications », concluent les coprésidents d’Ecolo.

 

* source : Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH)

** source : Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE)