Actualités

Presse

Ecolo soutient la promotion et l’utilisation des logiciels libres dans l’enseignement

8 juillet 2020
Ecolo soutient la promotion et l’utilisation des logiciels libres dans l’enseignement
Durant la crise du Coronavirus et le confinement, les écoles se sont adaptées en un temps record. Elles ont fait un pas de géant dans l’ère du numérique que ça soit pour maintenir le contact avec les élèves ou pour permettre l’échange de documents et de leçons. Ce déploiement du numérique s’est imposé de lui-même et selon les écologistes, il doit se faire dans le respect strict de balises démocratiques, écologiques et inclusives.

L’école du numérique est un enjeu majeur pour notre démocratie et notre économie. C’est ce que rappelle la carte blanche publiée par un collectif d’une centaine de signataires issus du monde de l’enseignement, de l’associatif, des citoyen·ne·s engagé·e·s, etc. Cette carte blanche met en évidence plusieurs enjeux dont le fait que les solutions “propriétaires” enferment les utilisateurs dans des écosystèmes fermés où leurs données deviennent monnayables, le plus souvent, à l’insu même des utilisateur·rice·s.

Il existe pourtant une voie plus favorable et plus démocratique : les logiciels libres. Ces derniers se caractérisent par leur transparence totale, leur possibilité d’adaptation et de réutilisation illimitée, et évidemment leur objectif de création collective de connaissances. Ces caractéristiques font d’ailleurs écho à notre vision de l’enseignement.

Pour Ecolo, il est primordial d’accélérer la diffusion des logiciels libres dans l’enseignement. « Nous devons offrir aux écoles des garanties pour le respect des données à caractère privé et, surtout, leur offrir une formation aux outils ouverts, libres et transparents », commente Jean-Philippe Florent, député Ecolo au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« À l’école comme ailleurs, les logiciels libres offrent des potentialités immenses. À l’heure où la société est frappée de plein fouet par les limites et les risques liés à l’hégémonie des géants du web et de l’informatique, dont les GAFAM font partie, le Libre est une réponse forte et franche, avec comme horizon, le bien commun » , conclut la députée Ecolo Margaux De Ré.