Actualités

Coronavirus

Ecolo se réjouit de nouvelles avancées fédérales pour le secteur culturel et les artistes

19 mai 2020
Ecolo se réjouit de nouvelles avancées fédérales pour le secteur culturel et les artistes

La Commission Affaires sociales de la Chambre a voté ce mardi après-midi en première lecture une proposition de loi apportant une première réponse au secteur culturel, l’une des grandes victimes de la crise, en rendant plus facile pour les artistes l’accès au chômage temporaire. Les Verts espèrent que cette première avancée pourra être concrétisée et complétée rapidement par la mise en place d’un fonds d’urgence et par des dispositions relatives au statut des artistes.

Le secteur culturel est touché de plein fouet par la crise liée au coronavirus. Artistes, technicien·ne·s et intermittent·e·s se retrouvent sans activité et très souvent sans revenus à la veille de l’été. Alors que l’économie belge commence à se redresser progressivement, le secteur des arts, spectacles et services récréatifs ne verra pas sa situation s’améliorer avant de nombreux mois.

« Nous sommes face à une urgence inédite, qui demande de prendre des mesures exceptionnelles afin d’aider les artistes, technicien·e·s et intermittent·e·s du secteur culturel à passer le cap de la crise. C’est la raison pour laquelle nous avons fait de ce dossier une priorité ! » déclare Julie Chanson, députée fédérale écolo.

Les écologistes ont également déposé un texte instaurant un fonds d’urgence pour les artistes. Concrètement, ce fonds prévoit l’octroi d’un revenu de solidarité et d’une indemnité compensatoire. Ce texte fera l’objet d’auditions dès la semaine prochaine, qui permettront au secteur culturel d’être enfin entendu.

Le monde de la culture, et en particulier le sort réservé aux artistes, doit faire l’objet d’une attention particulière non seulement en période de crise mais le reste du temps aussi. La culture est garante de notre démocratie et les écologistes continueront de se battre pour un véritable statut d’artiste, permettant à ceux-ci de bénéficier d’une vie professionnelle stable et d’un statut social décent.

« Que serions-nous sans les chanteurs et chanteuses, sans les peintres et les sculpteurs, sans les musiciennes et les musiciens, sans les auteurs et les autrices, sans les acteurs et les actrices, et toutes celles et ceux qui travaillent en coulisses pour leur permettre de nous émerveiller ?» conclut la députée originaire de Theux.