Actualités

Presse

Ecolo prend acte de la demande des pré-formateurs Rudy Demotte et Geert Bourgeois d’être déchargés de leur mission et de la volonté du Roi d’entamer de nouvelles concertations

5 novembre 2019
Ecolo prend acte de la demande des pré-formateurs Rudy Demotte et Geert Bourgeois d’être déchargés de leur mission et de la volonté du Roi d’entamer de nouvelles concertations

La mission qui avait été confiée par le Roi au duo PS-NVA était d’« examiner les bases concrètes en vue de la formation d’un gouvernement fédéral autour de leurs partis respectifs, et ceci avec les quatre autres partis impliqués dans les discussions », soit le MR, le CD&V, l’Open VLD et le SP.A.

Force est de constater que cette option, qui était pourtant la principale envisagée depuis les élections, mène à une impasse. Preuve en est l’annulation, en dernière minute, de la conférence de presse que devaient tenir les pré-formateurs.

« Ça fait dix mois que ça discute. Et onze mois que le pays est en affaires courantes. Aucune entreprise, et a fortiori aucun État, ne peut se permettre une telle absence de prise de responsabilité pendant une période aussi longue. Les partis concernés par la discussion s’expriment en coulisse mais aucune discussion sérieuse n’a été entamée entre eux. Et c’est cette attitude hypocrite qui pose problème. Il n’y a pas de budget, ni plan climat ; les Ministres, y compris le Premier, s’enfuient un à un ; et les mesures nécessaires à la bonne gestion du pays ne sont pas prises, quel que soit le domaine. Ce n’est pas sérieux ! Et c’est néfaste pour la démocratie dans sa globalité », estime Rajae Maouane, coprésidente d’Ecolo.

Ecolo, tout comme Groen, reste disponible pour des solutions. C’est l’attitude choisie dès le lendemain des élections et qui reste identique. Comme la conviction que la Belgique a besoin d’un Gouvernement de plein exercice.

« Un nouveau tour de discussions pour gagner du temps, sans avancée réelle, n’est pas une option. Il est temps maintenant d’appuyer sur l’accélérateur. Et de mettre sur pied un vrai projet gouvernemental et une politique d’investissement ambitieuse, pour relever les défis en matière de politique climatique, de lutte contre les inégalités et la pauvreté, de renouvellement de la démocratie et de redéploiement de notre économie. Nous sommes prêts à travailler ! », conclut Jean-Marc Nollet, coprésident d’Ecolo.