Actualités

Presse

Blouses blanches: Ecolo se félicite de l’accord de refinancement du secteur infirmier

20 novembre 2019
Blouses blanches: Ecolo se félicite de l’accord de refinancement du secteur infirmier

Depuis le vote en plénière, les écologistes ont travaillé activement à l’élaboration de la proposition de loi pour permettre d’affecter concrètement le premier refinancement de 67 millions d’euros au bénéfice des “blouses blanches”. « On ne le répétera jamais assez, le personnel infirmier est mis sous pression constante. Le nombre de travailleurs malades explose, les démissions, les burn-outs, les postes vacants faute de candidats à recruter aggravent le phénomène de pression sur le personnel en place qui ne parvient plus à lever le pied », déclare Laurence Hennuy, députée fédérale Ecolo.

Les infirmier·e·s doivent constamment s’adapter au changement technologique, socio-économique ou stratégique : l’hospitalisation à domicile ou la limitation de la durée de séjour sont de nouvelles politiques qui nécessitent des moyens sur le terrain. Les pouvoirs publics ont cette responsabilité fondamentale de mettre en place des politiques concrètes pour améliorer la santé des citoyen·e·s mais aussi de donner les moyens pour les implémenter. « Renforcer l’embauche d’infirmier·e·s, quel que soit le statut, qu’il soit en hôpital ou à domicile, c’est renforcer la présence de bras autour du patient et c’est ça l’enjeu fondamental », ajoute Laurence Hennuy.

Pratiquement, en 2019, 59 millions d’euros sont prévus pour le personnel salarié des hôpitaux privés et publics et des soins à domicile via le Fonds Maribel social. Comme l’affectation des fonds se fait sur base d’une concertation paritaire locale, nous avons la garantie que les moyens seront affectés au plus proche des besoins sur le terrain. La proposition de loi prévoit également une enveloppe de 8 millions d’euros pour les infirmier·e·s de soins à domicile indépendants qui assurent un énorme travail de première lige. Les modalités d’affectation des fonds et les objectifs devront encore être affinés en groupe de travail.

« Il était pour nous essentiel de trouver une façon efficiente, rapide et équitable d’affecter les moyens dégagés au bénéfice des acteurs de la santé. De commissions en auditions, de réunions en groupes de travail techniques, nous sommes parvenus en un mois à un accord équilibré qui permet, en tout cas, de répondre à l’objectif initial : réagir très concrètement aux urgences du secteur », conclut Laurence Hennuy.

Les écologistes ne lâcheront pas le combat lors des prochaines étapes afin de consolider et pérenniser le fonds, d’en évaluer le bon fonctionnement à très court terme et de proposer des améliorations le cas échéant.