Actualités

Presse

Une majorité parlementaire pour soutenir le plan italien de répartition des migrants secourus en Méditerranée

13 novembre 2019
Une majorité parlementaire pour soutenir le plan italien de répartition des migrants secourus en Méditerranée

Ce mercredi matin, la Commission des Affaires étrangères à la Chambre a adopté une résolution d’Ecolo-Groen appelant le gouvernement en affaires courantes à soutenir le plan italien de répartition, entre pays européens, des migrants secourus en mer Méditerranée. Les Verts se réjouissent de cette approche positive d’une question particulièrement douloureuse sur le plan humanitaire.

Le député Ecolo Simon Moutquin, porteur de la résolution, se déclare très satisfait du résultat: « Nous avons peut-être entre partis des réponses sensiblement différentes face à l’enjeu migratoire, mais nous avons collectivement la responsabilité de sortir des postures électorales quand il s’agit de sauver directement des vies, en l’occurrence celles des centaines d’humains qui tentent la traversée de la Méditerranée, au péril de leur vie. Il ne fait, selon nous, aucun doute qu’une approche européenne coordonnée et solidaire doit être donnée à cette question. La proposition italienne de répartir ces naufragés entre les différents pays européens est très pertinente et nous avons estimé que la Belgique ne pouvait pas rester à la traîne à ce sujet. Au cours des dernières semaines, nous avons cherché à obtenir une majorité parlementaire et nous nous réjouissons d’en avoir trouvé une.

Selon les derniers chiffres, 1.086 personnes ont déjà perdu la vie, cette année, en Méditerranée, 17.000 personnes depuis 2014. Les opérations de sauvetage ont été entravées et les pays qui bordent la Méditerranée sont très réticents à laisser accoster les navires transportant des migrants. L’entrée en fonction du nouveau gouvernement italien a changé la donne. Le 23 septembre, l’Italie a conclu un accord avec Malte, l’Allemagne, la Finlande et la France en vue de répartir les migrants secourus, avant le traitement de leur demande d’asile, sur la base d’un mécanisme temporaire. Notre résolution vise à conduire la Belgique à soutenir cet accord dit « de Malte ».

« D’un point de vue humanitaire, nous ne pouvions pas hésiter », explique Simon Moutquin. « Il est, selon nous, évident que ces personnes doivent être secourues. Le droit international est également clair sur ce point: on ne laisse pas des humains se noyer. Mais ne pas laisser les pays de destination, tels que l’Italie, la Grèce ou Malte, affronter seuls les difficultés consécutives à ces sauvetages relève tout autant du bon sens. Il est logique, normal et salutaire que, via cette majorité parlementaire, un pays comme la Belgique, avec sa forte tradition de solidarité, soutienne cette initiative européenne émergente. »