Actualités

Presse

Plan social chez Proximus : le groupe Ecolo-Groen demande l’audition de la direction et des syndicats au Parlement

10 décembre 2019
Plan social chez Proximus : le groupe Ecolo-Groen demande l’audition de la direction et des syndicats au Parlement

Le groupe Ecolo-Groen prend acte du vote validant le plan social de Proximus en commission paritaire, ce lundi 9 décembre, qui confirme la suppression de 1.341 postes de travail. Afin de soutenir tous les efforts entrepris pour limiter les licenciements secs et d’entendre l’ensemble des parties prenantes de ce dossier aux conséquences très lourdes pour des centaines de familles, Ecolo-Groen demande l’audition des syndicats, en plus de celle déjà prévue du nouveau CEO, Guillaume Boutin, le 17 décembre prochain.

Comme le précise Gilles Vanden Burre, député fédéral, “un plan social est toujours un moment très douloureux au sein d’une entreprise, de surcroît publique, et nos premières pensées vont aux familles concernées. À nos yeux, le gouvernement sortant aurait dû s’impliquer davantage dans la concertation sociale afin d’éviter tout licenciement sec, ce qui ne sera finalement pas le cas. Vu que tous les détails concernant les 1.341 postes supprimés ne sont pas encore connus, il nous semble primordial d’entendre au Parlement les représentants syndicaux, au même titre que la direction dont l’audition aura lieu le 17 décembre.”

L’État fédéral détenant encore plus de 53% des parts dans Proximus, il est important que les parlementaires prennent leurs responsabilités afin de soutenir un accompagnement maximal des 1.341 personnes qui seront touchées par ce plan social. “Nous ne pouvons rester les bras croisés et nous devons mobiliser tous les moyens disponibles en vue d’éviter que les travailleurs de Proximus ne soient les variables d’ajustement d’un vaste plan d’économies qui ne dit pas son nom. À nos yeux, Proximus doit rester un opérateur télécom de premier plan qui assure un service de qualité à nos concitoyens sur l’ensemble du territoire à des tarifs abordables“, conclut Gilles Vanden Burre.