Actualités

Actualité

Camp de Moria : derrière des chiffres, des humains

16 septembre 2020
Camp de Moria : derrière des chiffres, des humains

Ce mardi, Maggie de Block a confirmé l’information selon laquelle la Belgique ne serait prête à accueillir que douze des milliers d’enfants migrants sans-abris depuis l’incendie du camp de Moria sur l’île de Lesbos, en Grèce.

“Si le chiffre de 12 enfants relocalisés en Belgique se confirme, il s’agirait d’une nouvelle occasion manquée pour la Belgique de démontrer qu’elle est attentive à la dignité humaine des migrants en danger mais également qu’elle peut être considérée comme un partenaire solidaire et responsable vis-à-vis des autres états membres de l’Union Européenne”, commente le député fédéral Ecolo, Simon Moutquin.

Ce faible nombre annoncé d’enfants qui seraient relocalisés chez nous intervient alors même que plusieurs états européens se sont engagés à des chiffres de relocalisation nettement plus élevés, à la hauteur des besoins pour sortir de cette grave crise humanitaire. “Bien entendu, si on regarde froidement ce que la Hongrie de Viktor Orban ou la Pologne conservatrice sont prêtes à faire, on peut s’auto satisfaire de ces 12 enfants en Belgique, mais la politique migratoire n’est pas une opération sur une calculatrice, il s’agit de la vie d’individus”, poursuit-il.

“Nous pouvons encore nous montrer à la hauteur des besoins de solidarité. J’encourage la Ministre De Block à accueillir plus de 12 enfants comme abordé en Commission et à faire preuve de volonté en annonçant une participation belge à la hauteur de l’urgence de relocalisation, digne des valeurs de solidarité et d’humanité qui doivent guider notre action politique . Les citoyens sont prêts pour une plus grande solidarité, il est temps que le politique suive”, conclut Simon Moutquin.