Actualités

Presse

1400 emplois menacés chez KBC : Ecolo veut que le secteur bancaire assume davantage ses responsabilités sociétales

1400 emplois menacés chez KBC : Ecolo veut que le secteur bancaire assume davantage ses responsabilités sociétales
Après ING, BNP Paribas ou Belfius, c’est KBC qui annonce aujourd’hui la suppression de 1400 postes de travail. L’entreprise communiquait pourtant, il y a un mois, un bénéfice supérieur aux attentes (745 millions nets en un trimestre), des dividendes triplés pour les actionnaires et le versement d’un acompte sur les dividendes annuels. Et aujourd’hui, la banque assume entièrement la délocalisation d’une partie de ses fonctions de support vers d’autres pays. Pour les écologistes, il s’agit d’un fait particulièrement préoccupant pour le futur.
« Dix ans après avoir bénéficié du soutien financier de l’État belge pour éviter la faillite, au plus fort de la crise bancaire et financière, KBC adresse un camouflet à l’ensemble de l’économie belge », estime Georges Gilkinet chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre. « En 2009, nous demandions que l’aide accordée aux banques soit conditionnée à des engagements sociétaux et éthiques forts des banques, qu’il s’agisse de la protection de l’emploi, du maintien du service aux entreprises et aux particuliers ou des choix de gestion. La cas KBC montre une nouvelle fois combien ces conditions auraient été utiles », poursuit-il.
Après l’annonce des restructurations chez Match, cette semaine encore, il s’agit d’un nouvelle mauvaise nouvelle pour l’emploi, qui doit mobiliser l’ensemble des forces politiques belges. Le monde du travail évolue et une attitude prévoyante et responsable consiste à poser les balises d’une reconversion professionnelle dans les secteurs en pleine mutation, avec des employeurs qui assument leur responsabilité.
« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à une telle annonce. En tant que présidente de la Commission des Affaires sociales de la Chambre, je vais proposer que se tiennent, le plus rapidement possible, des auditions de la direction de KBC, des représentants des travailleurs du groupe mais aussi de Febelfin, de façon à disposer d’une vision globale de l’évolution de l’emploi dans le secteur bancaire », ajoute Marie-Colline Leroy, députée fédérale Ecolo. « La responsabilité du Parlement est en effet de pouvoir anticiper de telles annonces, de mettre en place un cadre légal qui permettre d’éviter de telles pertes de l’emploi mais également de placer les employeurs devant leurs responsabilités sociétales, d’autant plus quand ils ont bénéficié d’aides publiques importantes  », Marie-Colline Leroy.