Actualités

Presse

Les écologistes demandent au Parlement fédéral de se positionner contre le projet d’annexion d’une partie de la Cisjordanie par Israël

2 juin 2020
Les écologistes demandent au Parlement fédéral de se positionner contre le projet d’annexion d’une partie de la Cisjordanie par Israël

Le groupe Ecolo/ Groen a déposé une résolution appelant le gouvernement belge à prendre des mesures urgentes pour empêcher l’annexion d’une nouvelle partie du Territoire palestinien.  Le texte, débattu demain en commission des relations extérieures, s’inscrit dans la volonté de respect du droit international dans la région, exprimée par de nombreux groupes à la Chambre lors de précédentes commissions.

Les déclarations du nouveau gouvernement israélien, encouragé par le plan Trump publié quelques semaines plus tôt, font craindre une annexion imminente de larges parties de territoires palestiniens occupés. Une telle annexion constituerait une flagrante violation du droit international et comme l’a déclaré Josep Borell, Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, elle « ne pourrait rester sans réponses ».

Les ambassadeurs de Palestine et d’Israël ont été entendus en commission des Affaires étrangères la semaine dernière et ont pu faire part aux parlementaires de leur vision respective de la situation sur le terrain. Les propos du diplomate israélien ont confirmé la volonté israélienne d’annexion de 30 % de la Cisjordanie en parlant d’implémenter la souveraineté israélienne dans ces territoires, ce qui représente un déni des nombreux textes de juridiction internationale qui rappellent une solution “à deux États” et négociée.

Si le gouvernement belge fait déjà partie du groupe des pays européens les plus critiques du projet d’annexion, il est particulièrement important que cette position soit ancrée à une majorité parlementaire. C’est dans cette optique que les députés écologistes Simon Moutquin et Wouter De Vriendt ont déposé une résolution à La Chambre demandant l’établissement d’une série de contre-mesures afin de répondre à l’éventualité de l’annexion.

« Notre gouvernement pourrait dès lors prendre un rôle actif dans l’élaboration d’un plan de réponse détaillé, comportant une série de contre-mesures suffisamment dissuasives », explique le député écologiste Simon Moutquin. « Avec cette résolution, nous défendons une réponse diplomatique cohérente; le droit international ne peut pas être à géométrie variable;  si la condamnation de l’annexion russe de la Crimée a pu faire aboutir un consensus européen, cette nouvel étape projetée de la colonisation israélienne doit également faire émerger un consensus et être tout autant condamnée », ajoute-t-il, en tant que coauteur de la résolution.

La perspective d’obtenir une majorité parlementaire dans ce dossier est réelle. Lors des auditions à la Chambre, de nombreuses formations politiques ont rappelé l’importance du respect du droit international. Cette résolution est proposée dans ce même objectif. En effet, « il ne s’agit pas uniquement d’agir rapidement pour préserver une perspective de paix juste et durable dans la région, il s’agit également de renforcer la crédibilité belge et européenne en matière d’ordre juridique international », conclut Simon Moutquin.