Actualités

Actualité

Ecolo-Groen demande des mesures contre la politique israélienne pour éviter l’escalade

10 mai 2021
Ecolo-Groen demande des mesures contre la politique israélienne pour éviter l’escalade

Depuis quelques jours, la situation à Jérusalem-Est est très instable. Les nouvelles expulsions de familles palestiniennes de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est et les marches provocatrices de colons israéliens à travers Jérusalem-Est entraînent une nouvelle escalade de violence. La police israélienne a fait irruption plusieurs fois sur l’esplanade des mosquées et ce, malgré les conventions internationales visant à protéger le site. Les forces israéliennes font usage de canons à eaux putrides pour disperser les manifestants. Des centaines de personnes ont été blessées.

“L’occupation et l’agression illégales par Israël doivent trouver une réponse par des sanctions. De manière internationale, mais aussi bilatérale, en impliquant la Belgique également. C’est un engagement clair dans l’accord de coalition. Les réactions tièdes de la communauté internationale n’ont rien donné. Cette impunité doit cesser”, a déclaré Simon Moutquin, député fédéral Ecolo.

L’accord de coalition fédérale inscrit la nécessité de nouvelles mesures concernant une politique de différenciation bilatérale et multilatérale en ce qui concerne les colonies israéliennes, dont Jérusalem-est. De plus, la Belgique doit travailler activement à des contre-mesures en concertation avec d’autres pays. Un point qui a également fait l’objet d’une résolution approuvée par la Chambre en juin 2020.

“Ecolo est favorable à la reconnaissance de l’État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale. Pour y parvenir, nous croyons en une politique de différenciation entre Israël et les territoires illégalement occupés. L’interdiction des importations ou l’étiquetage de produits des colonies, ainsi que des sanctions contre les décideurs israéliens associés à la politique d’occupation, peuvent créer une pression efficace. Dans tous les traités bilatéraux entre notre pays et Israël, une distinction doit également être faite entre Israël et les territoires occupés”, déclare Simon Moutquin qui rappelle qu’une mise à jour de la liste des entreprises des Nations Unies actives dans les territoires occupés est également nécessaire. Car la complicité avec l’occupation doit cesser.

Le respect du droit international et le respect des droits humains sont des conditions préalables absolues pour parvenir à une paix et une stabilité durables dans la région.