Actualités

Presse

Exportations d’armes : « Concilier emploi et respect des droits humains est possible »

Exportations d’armes : « Concilier emploi et respect des droits humains est possible »

La rencontre entre Ecolo et la délégation syndicale représentant le secteur de l’armement vient de s’achever dans un climat d’écoute mutuelle qui a permis de lever certaines désinformations et a priori. Les écologistes ont rappelé que leur objectif est d’œuvrer au développement d’un projet économique bénéfique pour les entreprises concernées et pour la Wallonie.

« Maintenir l’emploi et le dynamisme économique de la Wallonie fait partie de nos priorités. C’est la raison pour laquelle il est fondamental de travailler au développement d’un projet plus sûr et qui s’inscrit dans la durée. Concernant le délicat dossier des licences d’armes, il ne nous semble pas tenable de continuer de dépendre de pays politiquement instables ou qui contreviennent au droit international et au droit humanitaire. Les licences accordées sont d’ailleurs  régulièrement annulées par le conseil d’Etat, aggravant encore l’incertitude pour les contrats en cours et dès lors les risques pour les travailleurs », explique la députée wallonne Ecolo Hélène Ryckmans.

« L’incertitude juridique qui pèse sur les licences d’exportation d’armes vers certains pays représente en effet une menace sur les emplois. Il est nécessaire d’une part de renforcer la diversification des marchés et des clients, et d’autre part d’améliorer la transparence en matière d’octroi des licences pour plus de sécurité juridique  », poursuit le député wallon Ecolo Olivier Biérin.

« Il revient au futur Gouvernement wallon, dans ce dossier comme dans d’autres, de donner des signaux clairs quant à sa vision pour notre région. La transition et le développement de nouvelles activités ne s’opposent pas au développement économique et à l’emploi, que du contraire. Et c’est avec les travailleurs et leurs représentants que nous voulons développer des activités plus sûres, dans tous les sens du terme. Nous sommes soucieux de leurs préoccupations et nous prenons en compte l’équilibre entre la situation actuelle et la nécessaire transition, » concluent Hélène Ryckmans et Olivier Biérin.