Actualités

À la une

Décolonisation de l’espace public : les Verts veulent avancer

14 juin 2021
Décolonisation de l’espace public : les Verts veulent avancer

Il y a un an, à l’initiative des parlementaires Kalvin Soiresse (Ecolo) et Soetkin Hoessen (Groen), le Parlement bruxellois a demandé au Gouvernement d’avancer sur le dossier de la décolonisation de l’espace public. Aujourd’hui, les assises contre le racisme abordent la question du racisme dans ce même espace public. Les Verts espèrent une série de recommandations concrètes pour des résultats rapides.

Dans l’espace public bruxellois, les références au passé colonial de la Belgique sont nombreuses. Par exemple, des statues et des noms de rues portant le nom de Léopold II ou de généraux responsables de crimes sanglants. Tant de références visibles aux passants, sans être accompagnées d’explications historiques. “Or plusieurs études démontrent qu’il existe un lien direct entre le racisme actuel et l’absence de décolonisation de l’espace public. Chacun a sa place à Bruxelles et doit pouvoir se sentir chez soi. L’espace public doit être le reflet de cette ouverture. Une représentation unilatérale de notre histoire coloniale est inacceptable”, explique Kalvin Soiresse.

À l’initiative des Verts, le Parlement bruxellois a donc adopté l’année dernière une résolution pour demander au Gouvernement de rendre l’espace public plus inclusif et de contextualiser ces représentations du passé. Un groupe de pilotage composé d’experts et d’universitaires avaient examiné la meilleure approche pour chaque situation: donner un cadre historique correct aux sculptures, transférer d’autres oeuvres dans un musée, changer le nom de rues,… En outre, le Parlement avait également demandé que l’on accorde davantage d’attention aux personnes qui ont accompli un travail de pionnier dans le domaine des droits humains, de l’antiracisme et de la lutte contre la colonisation.

“L’année dernière, le mouvement Black Lives Matter a fortement alimenté le débat sur la décolonisation de l’espace public que nous avons eu au Parlement bruxellois. Aujourd’hui, les questions légitimes visant à rendre nos rues et nos places plus inclusives sont toujours d’actualité. Nous demandons au Secrétaire d’Etat, Pascal Smet, d’intensifier ses efforts et de travailler rapidement à la création d’un espace public plus inclusif”, conclut Kalvin Soiresse.