Actualités

Presse

Mobilisation climatique à Bruxelles : la lumière doit être faite sur les circonstances des interventions policières

14 octobre 2019
Mobilisation climatique à Bruxelles : la lumière doit être faite sur les circonstances des interventions policières

Une action de désobéissance civile non-violente du groupe Extinction Rebellion a été organisée ce samedi sur la Place Royale de Bruxelles, avec pour objectif d’attirer l’attention sur l’urgence climatique. Etaient présents : des militants et activistes, mais aussi des familles avec enfants. L’intervention musclée de la Police a donné lieu à 503 arrestations administratives, mais pas seulement.

Après la manifestation, de nombreuses images prodiguées par des journalistes comme par les manifestants mettent en lumière un usage disproportionné de la force par la Police de la zone Bruxelles-Ixelles, déployée sur place pour déloger les manifestants. Comme le rappelle la co-présidente d’Ecolo, Rajae Maouane : « Il n’y avait ni casseur ni personne masquée, juste des citoyen.ne.s et des familles rassemblés pour revendiquer un avenir désirable sur une planète habitable pour leurs enfants. Nous dénonçons l’usage excessif de la force policière à l’encontre de manifestants pacifiques. »

Sans remettre en question le rôle des policiers, chargés de veiller au bon déroulement des mobilisations, et notamment de garantir la Zone Neutre, Ecolo s’interroge sur la nécessité de l’usage de canons à eau, de bombes au poivre et de matraques, d’autant que l’usage des deux derniers est fortement réglementé.

Ecolo tient également à rappeler l’importance de l’existence d’actions non-violentes de désobéissance civile dans notre démocratie.

Le Premier Échevin à la Ville de Bruxelles, Benoit Hellings, s’est exprimé en ce sens et s’est engagé à faire toute la lumière sur cette histoire en interrogeant son collègue et Bourgmestre Philippe Close (PS). Les conseillers de Police écologistes vont également interroger les autorités en ce sens dans les différentes instances.