Actualités

À la une

Citoyens bruxellois et services de police : une motion Ecolo-Groen pour plus de transparence et d’objectivité

4 février 2021
Citoyens bruxellois et services de police : une motion Ecolo-Groen pour plus de transparence et d’objectivité

Les députés bruxellois Ecolo-Groen souhaitent plus de transparence et un suivi objectif des actions des services de police via l’utilisation de caméras de surveillance et l’enregistrement des contrôles. Une motion sera présentée aux conseils de police des différentes zones bruxelloises dans les prochaines semaines à l’initiative des députés bruxellois, Hicham Talhi (Ecolo) et Juan Benjumea-Moreno (Groen), qui y voient un avantage objectif tant pour les citoyens que les services de police.

Qu’il s’agisse de violences policières ou à l’encontre de policiers, ce phénomène malheureusement récurrent laisse toujours la même question sans réponse : que s’est-il passé exactement? Pour éviter les spéculations, les députés écologistes, Hicham Talhi et Juan Benjumea-Moreno, veulent assurer plus de transparence et d’objectivité en fixant un cadre clair quant à l’utilisation de caméras de surveillance, notamment. L’objectif? Éviter les doutes quant au déroulement des faits et accroître la confiance entre les citoyens bruxellois et les services de police.

“Une de nos propositions est de rendre les caméras corporelles obligatoires pendant les manifestations ou autres interventions, sans interruption. Ceci afin d’obtenir une vue d’ensemble des faits, au lieu d’un simple cliché, comme c’est souvent le cas actuellement. Permettant ainsi d’établir qui a commis une erreur et à quel moment. Et d’en tirer des leçons pour empêcher que cette erreur ne se reproduise à l’avenir”, déclare Hicham Talhi.

Outre les caméras corporelles, les écologistes plaident également pour des caméras de surveillance dans les cellules et les véhicules de police. Encore une fois, pour avoir un enregistrement objectif des faits. “L’enregistrement des faits nous permet d’avoir à terme un rapport objectif sur ce qui s’est réellement passé. Assurant ainsi aux citoyens bruxellois et à la police la prise de mesures légales nécessaires en cas de fautes”, ajoute Juan Benjumea-Moreno.

Apaiser les relations entre les citoyens et les services de police est primordial pour les écologistes. C’est pourquoi, outre l’utilisation de caméras, Ecolo-Groen propose que les contrôles soient enregistrés de façon minutieuse afin de connaitre les différents intervenants et la date de chaque contrôle. Ceci afin d’éviter tout jugement arbitraire, d’évaluer de manière objective les contrôles et de rectifier d’éventuelles erreurs. Une étape importante dans la lutte contre le profilage ethnique, entre autres.

Enfin, les écologistes appellent à plus de coopération entre Unia et les différentes zones de police bruxelloises et demandent l’organisation de réunions neutres entre la police et les jeunes. “Comme nous avons pu le voir à Molenbeek cette semaine, l’importance du travail de proximité est énorme. L’organisation de rencontres neutres entre la police et les habitants de Bruxelles est importante. Lorsque les policiers et les jeunes se connaissent, la confiance s’installe plus facilement”, conclut Hicham Talhi.