Brussels: Interior of a tram car with passengers in Brussels, Belgium

Il n’est un secret pour personne que la politique du tout à la voiture dénoncée depuis toujours par les écologistes paralyse et asphyxie aujourd’hui notre capitale plus que de raison. Nous sommes face à un triple défi : diminuer les embouteillages, améliorer la qualité de l’air et diminuer les émissions de CO2 afin d’atteindre nos objectifs pour le climat. Ce triple objectif a ceci de commun qu’il impose de diminuer la part de la voiture en ville et de lui prévoir dans le même temps des alternatives efficaces.

Dans ce contexte, les écologistes ont marqué leur accord en 2012 pour financer l’extension du métro bruxellois vers le Nord (Schaerbeek). Ces travaux, qui devaient initialement coûter 700 millions d’euros, étaient censés se terminer en 2023. L’échéance est maintenant reportée à 2030 et le budget a au bas mot été triplé. Là où il n’était prévu aucuns chamboulements en surface, il implique aujourd’hui l’éventration de quartiers et de places pendant des années.

Les écologistes ne sont pas opposés a priori au métro, mais ce métro doit être réalisable dans des délais raisonnables, finançable dans des budgets disponibles et supportable pour les quartiers concernés.

Aujourd’hui, c’est tout l’inverse qui se passe ! Pour les écologistes, il n’y a pas de tabous, mais uniquement des solutions. Celles-ci peuvent passer par des stations de métro supplémentaires, mais aussi et surtout par un investissement dans de nouvelles lignes de tram en surface (des lignes Chrono rapides, fréquentes, efficaces), en rééquilibrant la place de la voiture par rapport aux sites propres, et par une utilisation beaucoup plus intensive des lignes de chemin de fer infra-bruxelloises qui, aux yeux des écologistes, pourraient bien plus jouer le rôle de métro que ce n’est le cas aujourd’hui. Les lignes existent, les gares existent, mais le matériel roulant est insuffisant. Or, la STIB devrait pouvoir y faire rouler son propre matériel.

Les Verts refusent tout autant le dogmatisme du tout au métro que du rien au métro. Ils sont dans la recherche « ouverte » de meilleures solutions.Celles qui visent à libérer Bruxelles de la voiture et permettre à ses habitants de respirer un air sain.