Est-on certain que toutes les garanties de sécurité sont offertes ? Peut-on vraiment fonctionner avec des centrales qui sont affectées de plusieurs milliers de fissures dont certaines ont une taille de plus de 14 cm à Tihange et 17cm à Doel ?

Sur base de sa propre analyse et des rapports des différents groupes d’experts, l’AFCN vient de donner son feu vert au redémarrage des centrales fissurées de Doel 3 (13.047 fissures) et Tihange 2 (3.149 fissures). « Electrabel a pu démontrer que les résultats inattendus des tests de mars 2014 s’expliquaient probablement par les propriétés spécifiques du matériau de l’échantillon utilisé », précise le rapport. Pour les écologistes, fonder une décision aussi importante à partir d’une « explication probable » révèle la légèreté scientifique avec laquelle le Gouvernement Fédéral a pris sa décision. Les Verts estiment que la population est en droit d’attendre une explication crédible, claire et définitive de la présence de ces milliers de fissures.

Pour Jean-Marc Nollet et son collègue Kristof Calvo, chefs du groupe ECOLO-GROEN, cette décision pose en effet plus de questions qu’elle n’apporte de réponses : « Est-on certain que toutes les garanties de sécurité sont offertes ? Peut-on vraiment fonctionner avec des centrales qui sont affectées de plusieurs milliers de fissures dont certaines ont une taille de plus de 14 cm à Tihange et 17cm à Doel ? ».

Les écologistes analyseront en profondeur les différents documents. « Je constate d’ores et déjà qu’un des experts internationaux désigné par l’agence pour analyser le rapport d’electrabel a pris ses distances et émis de nombreuses réserves. Nous les examinerons attentivement » précise Jean-Marc Nollet.

« Est-ce pour cette raison que les documents n’ont pas été rendus publics plus rapidement ? » s’interroge son collègue Calvo en rappelant que « certains d’entre eux sont pourtant disponibles depuis le mois de juillet et n’ont été rendus publics que ce matin, à l’inverse de ce qui avait été fait par le passé et qui nous avait permis de réaliser une contre expertise scientifique ».

Toutefois, pour les deux écologistes, une chose est claire « avec la réouverture de Doel 3 et Tihange 2, plus besoin de prolonger la durée de vie des plus vieilles centrales de Doel 1 & 2 ». Ils rappellent que même sans cette prolongation, la CREG estimait déjà que le risque de pénurie structurelle n’existait plus. « Nous demandons dès lors au gouvernement d’abandonner son projet coûteux et de confirmer le calendrier initial de fermeture des centrales nucléaires. Il est plus que temps que la Belgique se tourne vers le futur et la modernité », affirment et revendiquent les deux députés.

Share This