Actualités

Actualité

Un déni démocratique historique

Un déni démocratique historique

L’accord européen intervenu ce lundi matin et qui impose à la Grèce un plan d’austérité et de privatisation sans précédent constitue aux yeux d’ECOLO, tout comme à ceux de tous les partis Verts Européens sans exception, un grave déni de démocratie. ECOLO salue cette unanimité des partis écologistes, tous pays confondus, à l’heure des replis identitaires et égoïstes.

En imposant des délais complètement irréalistes pour l’adoption de réformes radicales dont l’histoire récente atteste de l’inefficacité et en mettant la démocratie grecque sous tutelle, cet accord marque sans aucun doute un tournant dramatique de l’histoire de la construction européenne. Jamais l’Europe ne s’est trouvée aussi éloignée de son objectif fédéraliste.

Alors que la Belgique a de tout temps joué un rôle majeur dans le projet de construction européenne, la décision du Premier Ministre de se ranger sous la coupe des « plus forts » constitue également un virage sans précédent. Humilier un gouvernement et un pays ne peut être un objectif politique légitime.

Pour Zakia Khattabi et Patrick Dupriez, «le problème de la dette qui touche aujourd’hui la Grèce constitue une menace pour d’autres pays européens. Nous demandons que le sujet de la dette soit élargi à tous les pays dans le cadre d’une conférence de l’Union Européenne sur les dettes souveraine ».