Actualités

Actualité

Sea Watch : L’Italie et l’Europe montrent un visage inutilement ferme et tragiquement inhumain

Sea Watch : L’Italie et l’Europe montrent un visage inutilement ferme et tragiquement inhumain

« J’ai décidé d’entrer dans le port de Lampedusa. Je sais ce que je risque, mais les 42 rescapés sont épuisés. Je les amène en sécurité ». C’est par ces mots que Carola Rackete, la capitaine du navire humanitaire Sea Watch 3, a expliqué son choix de forcer l’entrée du port italien. Cela faisait quinze jours que le bateau attendait vainement une autorisation des autorités italiennes pour débarquer en lieu sûr les 42 hommes, femmes et enfants secourus en mer au large de la Libye. Ce 29 juin, en raison de son geste héroïque, la capitaine du Sea Watch 3 a été arrêtée par les autoriés italiennes risquant jusqu’à 10 ans de prison, la saisie de son bateau et une amende de 900.000 euros.

Simon Moutquin (Ecolo) salue cet acte indispensable de désobéissance civile  « C’est une honte d’entendre certains assimiler le sauvetage de vies humaines à de la criminalité. Cette inversion des normes est insupportable, elle ne sert qu’à attiser la peur de l’électorat du Ministre de l’intérieur italien ». Mais il n’y a pas que l’Italie et son ministre d’extrême-droite, Mateo Salvini, qu’il pointe du doigt. « Il faut bien sûr dénoncer le spectacle morbide mis en scène par le ministre de l’Intérieur italien pour empêcher les ONG de débarquer en lieu sûr les migrants secourus en mer. » Il poursuit : « Les États membres de l’UE comme la Belgique, en refusant les solutions permettant de recevoir les migrants d’une manière digne, humaine et solidaire portent une lourde responsabilité face à ces situations dramatiques. »

Saskia Bricmont, Députée européenne exige que “l’UE et ses États membres fixent un cadre européen, organisent une répartition solidaire entre les États membres, une politique humanitaire et de sauvetage en Méditerranée et mettent fin à la criminalisation des migrants et de celles et ceux qui leur viennent en aide comme la capitaine Rackete ou d’autres avant elle. La construction de murs, le renvoi des migrant.e.s vers des régimes dictatoriaux, des politiques sécuritaires qui résultent en des milliers de morts ne sont pas des politiques dignes d’états démocratiques.”

“Les négociations entre les 4 grands groupes politiques (S&D, PPE, Renew Europe, Les Verts) sont en cours au Parlement européen et un Conseil européen spécial se réunit ce dimanche. C’est le moment pour l’Union européenne d’ouvrir les yeux sur le drame qui se déroule à nos frontières et de prendre la direction d’une politique migratoire solidaire qui respecte les droits humains. L’Europe doit proposer une alternative solidaire à la politique d’extrême droite menée par Salvini en Italie. “

Ecolo demande à Didier Reynders, Ministre des Affaires étrangères en exercice, d’agir pour la libération immédiate de la capitaine Carola Rackete.

Par ailleurs, Ecolo réclame depuis de nombreuses années que soient établies des voies d’accès sûres et légales pour permettre aux migrants de fuir la guerre et les persécutions. La militarisation croissante du contrôle aux frontières extérieures de l’UE n’a fait qu’accentuer les risques pris par les migrants en augmentant le nombre de catastrophes meurtrières et le décès d’au moins 40.000 personnes dans la Méditerranée ou sur la route vers un supposé “eldorado” européen.