Depuis toujours, Ecolo soutient la nécessité de changer le modèle de transformation dans la filière de la viande. Il demande également que les éleveurs soient soutenus et les consommateurs protégés. Le présent scandale renforce un peu plus encore l’urgence d’agir.

Suite aux auditions des Ministres de l’Agriculture et de l’Economie, les écologistes restent avec de nombreuses questions. En particulier :

– Comment Verbist, entreprise qualifiée aujourd’hui de mafieuse par plusieurs Ministres, a-t-elle pu duper la confiance de tant d’acteurs et d’autorités ?

– A combien s’élève l’ensemble des aides qui lui ont été accordées ?

– De manière plus générale, à combien s’élève le soutien de la Wallonie à l’industrie agro-alimentaire au regard de celui accordé réellement à l’élevage et à la filière de transformation de circuit court ?

– Combien ont déjà coûté les scandales précédents, qui ont légitimement nécessité d’aider les agriculteurs victimes de ceux-ci ?

ECOLO demande qu’un cadastre de l’ensemble des aides à la filière de la viande depuis 10 ans soit réalisé et communiqué par le Gouvernement Wallon. Cela permettra notamment de vérifier les soutiens octroyés à une entreprise qui fait pression sur les prix et sur la qualité, au point de mettre en danger la santé des consommateurs, les droits des travailleurs et les revenus des éleveurs, qui sont les premières victimes d’un système qui privilégie une telle filière industrielle.

La protection des travailleurs est aussi une préoccupation majeure. Pour Ecolo, une enquête doit être organisée afin que les travailleurs puissent parler et témoigner en garantissant leur poste.

« Nous avons la volonté de faire la transparence et de sortir d’un système qui dysfonctionne à plein », poursuit la députée écologiste Hélène Ryckmans, qui annonce de nouvelles initiatives des Verts afin d’obtenir le cadastre demandé et d’orienter les politiques publiques vers une transition agro-environnementale bénéfique aux consommateurs et aux producteurs.

En effet, il ne faut jamais perdre de vue que c’est l’industrialisation de l’agro-alimentaire qui est la principale cause de ce scandale, avec la mise en place d’un système qui ne vise que la maximisation du profit pour les grandes entreprises. Les écologistes veulent au contraire de la diversité et de la proximité, géographique et humaine, fondée sur la confiance, grande absente dans ce scandale.

Raison pour laquelle les écologistes vont réouvrir le dossier de l’abattage à la ferme pour le faire avancer : « Les éleveurs wallons ont besoin de plus d’unités d’abattage et de transformation de proximité. Je demande que les investissements de la région portent sur les abattoirs coopératifs de proximité et non sur des grands centres. On doit pouvoir de la sorte garantir aux éleveurs la qualité de la transformation de leurs produits », conclut Hélène Ryckmans.

Share This