Nous avons eu chaud cet été. Littéralement.

Nous avons tous en tête ces images de prairies jaunies et de récoltes en berne. Ces incendies en Grèce et au Portugal notamment. La chaleur qui tue au Japon, et chez nous…

Des records de températures ont été dépassés partout sur la planète.

Nous abordons une longue séquence électorale. Elle dépasse LARGEMENT l’enjeu purement électoraliste et partisan. L’écologie et la transition n’est pas un thème de campagne. C’est LE thème. L’enjeu qui nous concerne tous, et qui interroge notre capacité et notre volonté d’enfin nous engager durablement, structurellement, concrètement dans la voie de la transition.

Si le réchauffement climatique que nous connaissons est irréversible, nous pouvons encore limiter son ampleur en agissant rapidement. Il nous faut impérativement respecter la limite des deux degrés prévus par l’accord de Paris.

Il est là, l’enjeu réel de ce tunnel électoral dans lequel nous entrons ! Du niveau local à l’Europe, il nous faut enfin activer les leviers qui nous permettent de stopper cette fuite en avant vers la destruction de notre humanité.

Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir pris conscience de la réalité du dérèglement climatique et à modifier, chacun à notre échelle, nos comportements. Mais contrairement à cette Génération-E qui s’engage et s’implique de plus en plus, les différents gouvernements en place depuis ces cinq dernières années manquent de vision et de volontarisme en matière de transition, mais pire encore, ils ont surtout défait ce que l’on pensait acquis et nous ont ramenés en arrière.

Aujourd’hui, la Belgique est plus clivée que jamais, l’environnement plus pollué qu’il y a 5 ans et l’avenir plus incertain qu’à notre naissance. Que ce soit le Gouvernement fédéral ou les Gouvernements régionaux, tous ont parlé des défis qui nous attendent, mais personne n’a été capable de les relever. Du climat au développement économique, de la cohésion sociale à la gestion des réfugiés, l’impression de chaos, de replis sur soi et de manque d’ambition prédominent largement dans de nombreux dossiers.

En effet, si on résume le bilan de ces 5 dernières années :

● Sans les écologistes, pas d’écologie,

● Sans les écologistes, pas d’alternatives,

● Sans les écologistes, pas de vision d’avenir.

Fort heureusement, cette situation n’est pas immuable. Ecolo veut faire rimer espoir et solutions. Déverrouiller un système asphyxié et sclérosé par les partis traditionnels. Oser résister aux puissants et aux lobbies.

Les enjeux que nous avons à relever sont autant de formidables opportunités !

Mettons en place des politiques qui soutiennent, relient et relaient les initiatives qui émergent sur le terrain grâce aux citoyens, aux mouvements sociaux, aux entreprises, et à toutes celles et ceux qui avancent, avec déjà un pied dans le monde de demain !

Engageons-nous ensemble pour la transition écologique, le seul horizon politique qui permet de réconcilier, enfin, présent et avenir.

Lire plus :
Le discours de Zakia Khattabi

Le discours de Patrick Dupriez

Commentaires

Commentaires

Share This