L’école coûte (trop) cher. C’est l’avis de nombreux parents, particulièrement au moment de la rentrée des classes. Dans une enquête récente, la Ligue des Familles a en effet établi que les coûts de matériel usuel (bics, classeurs…) s’élevaient à 26 à 50€ pour la majorité des parents, et à plus de 100€ pour 12 % des parents. Dans l’enseignement francophone, à peine 9% des parents ne doivent pas acheter le matériel scolaire de base.

La Ligue des Familles pointe aujourd’hui, au cours d’une conférence de presse, diverses initiatives communales et scolaires visant à diminuer les coûts liés à l’école. Ecolo salue également le rôle très important des pouvoirs locaux et des écoles qui permettent le développement d’un enseignement plus juste et plus égalitaire, notamment grâce aux choix qu’ils opèrent au quotidien.

Comme la Ligue des Familles, Ecolo rappelle par ailleurs que c’est à la Fédération Wallonie-Bruxelles qu’il revient de généraliser la gratuité scolaire effective, afin que toutes les familles puissent en bénéficier, tel qu’établi par le droit international et la Constitution belge. Ecolo regrette vivement, également à l’instar de la Ligue des Familles, le report à 2019 par le Gouvernement PS-cdH de la mise en œuvre de la gratuité dans l’enseignement maternel, pourtant prévue par le Pacte d’Excellence.

Ecolo prend dès lors l’initiative pour atteindre concrètement cette gratuité, en commençant par l’enseignement maternel et primaire, car les premières années de scolarité sont les plus déterminantes. Les écologistes ont déposé une proposition de décret en ce sens, concertée avec les acteurs de l’école et qui sera débattu à la rentrée parlementaire. Ce texte présente entre autres plusieurs mesures pour atteindre progressivement la gratuité totale de l’enseignement obligatoire, prioritairement dans le fondamental (maternel et primaire), ainsi qu’un échéancier réaliste.

« Dans un sondage de 2016, la Ligue des Familles avait calculé qu’une année en maternelles coûtait aux familles 280€ en moyenne, contre 1.225€ pour une année en primaire. Pour certaines personnes, 1.225€ par an, cela représente plus d’un mois de revenu! Il faut regarder les choses en face, ce coût de l’école creuse les inégalités entre les enfants, la réclamation de ces frais entraîne, hélas, des stigmatisations des enfants dont les parents ne peuvent pas payer, et la situation empire d’année en année, » commente Barbara Trachte, cheffe de groupe Ecolo au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. « Certaines écoles mettent en place des mesures comme des caisses de solidarité, des chartes avec des plafonds à ne pas dépasser, des achats groupés… mais nous devons créer un cadre structurel, pour que la gratuité soit effective partout et pour tout le monde. Nous comptons bien faire avancer les choses en ce sens, sur base de notre texte, dès la rentrée parlementaire », conclut Barbara Trachte, cheffe de groupe Ecolo au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Share This