Actualités

Actualité

Mettre fin à la concurrence déloyale et agir pour sauver l’emploi !

Mettre fin à la concurrence déloyale et agir pour sauver l’emploi !

Réunis dans un front peu commun, travailleurs et employeurs du secteur de la construction, victimes du dumping social, appellent depuis des mois les autorités fédérales à agir pour sauver l’emploi dans leur secteur. Au cours des trois dernières années, ce sont 15.000 emplois qui y ont disparu dans la construction en Belgique. Les secteurs du transport et de la menuiserie sont également touchés de plein fouet par ce phénomène de concurrence déloyale permis par la Directive Européenne sur le détachement des travailleurs et l’usage débridé qui en est fait par certains intermédiaires peu scrupuleux. Pour Ecolo, il est plus que temps d’agir, pour sauver les emplois qui peuvent l’être et construire une Europe vraiment sociale.

« Lors du vote de cette Directive par les partis traditionnels, les Verts dénonçaient déjà le risque d’une concurrence déloyale des travailleurs. Si leur mobilité en Europe est importante, elle ne peut se faire au rabais et au détriment des travailleurs des pays aux conditions sociales les plus développées. C’est pourtant ce qui se passe aujourd’hui. Quelques intermédiaires exploitent au maximum le filon du détachement, de plus en plus souvent au-delà des règles européennes, peu contrôlées et peu contrôlables. Le résultat est une destruction d’emploi énorme dans notre pays. La situation est plus qu’inquiétante », explique le député Ecolo Georges Gilkinet.

En concertation avec les acteurs de terrain, le groupe Ecolo-Groen a rédigé une proposition de résolution qui a été prise en considération ce jeudi 12 février 2015. Plutôt que de permettre l’emploi de personnel détaché sur les chantiers de construction dont elle passe commande (prison, cité administrative, chantiers SNCB,…), l’autorité fédérale doit entendre l’appel au secours du secteur de la Construction et passer à l’action. C’est le sens du texte déposé et défendu par les Verts !

« Cette résolution vise à mobiliser toutes les forces politiques et administratives en vue de contrer le phénomène du dumping social », explique Georges Gilkinet. « Le Gouvernement doit en faire un thème prioritaire, établir un plan d’action et venir en faire état régulièrement face au Parlement. Il faut augmenter le nombre d’inspecteurs chargés de réprimer ce type de fraude et instaurer une formation visant à spécialiser certains inspecteurs du travail. Programmer des opérations de contrôle de terrain ciblées et modifier la loi afin de permettre l’intégration des travailleurs détachés dans les structures de représentation syndicale de manière à ce qu’il prenne conscience de leurs droits sociaux. Les marchés publics de travaux doivent intégrer des clauses permettant de favoriser les entrepreneurs locaux. Et la renégociation de la Directive doit constituer une priorité pour le ministre de l’emploi au niveau européen ».