Actualités

Actualité

Le train des amnésiques arrive en gare avec un an de retard

Le train des amnésiques arrive en gare avec un an de retard

A l’initiative de plusieurs membres du CDH et du PS, un « train » d’élus monte aujourd’hui sur Bruxelles pour présenter les doléances de parlementaires et d’élus locaux par rapport au nouveau plan de transport de la SNCB. Pour Ecolo, ce train arrive avec un an de retard. Le Gouvernement PS, CDH et MR a en effet validé le plan de transport de la SNCB en juillet dernier malgré les nombreuses craintes des écologistes, des associations de navetteurs et des syndicalistes. C’est à ce moment là et dans les mois précédents qu’il fallait se mobiliser et agir.

Pour Ecolo, PS et CDH pourraient par contre, via leur participation au Gouvernement wallon, faire entendre concrètement leur voix au CA de la SNCB où ils n’ont pas encore désigné d’administrateur régional malgré la possibilité qui leur en est faite via la 6ème réforme de l’Etat.

Au-delà du jeu de dupe et de cette tentative de réhabilitation des celles et ceux qui ont rendu possible un plan de transport qui porte lourdement atteinte à la qualité du service sur certaines lignes, Ecolo demande à la Ministre des Entreprises publiques Jacqueline Galant (MR) de pousser la SNCB à réviser de manière urgente le plan de transport. Attendre 2017, comme c’est actuellement prévu, c’est s’asseoir sur des milliers de situations problématiques vécues au quotidien par les navetteurs. C’est donc pousser ces mêmes navetteurs à se détourner du train pour reprendre leur véhicule.

Pour Ecolo, la situation actuelle en matière de retard et de qualité du service est également préoccupante. Sachant qu’un tiers des retards est du à des défaillances techniques, ces difficultés ne pourront être affrontées en maintenant une logique aussi aveugle qu’absurde d’économies de 2,1 milliards sur le dos de la SNCB. A ce niveau, la Ministre Galant doit revoir sa copie car le risque est bien réel de mettre le train sur une voie de garage définitive.