Actualités

Actualité

Le Parlement de Wallonie fera barrage au CETA, cheval de Troie du TTIP

Le Parlement de Wallonie fera barrage au CETA, cheval de Troie du TTIP

« Il s’agit d’une occasion historique de mettre un coup d’arrêt à ce traité d’autant plus dangereux qu’il constituerait un véritable cheval de Troie pour le – plus connu – TTIP négocié entre l’UE et les Etats-Unis et contesté par la société civile des deux côtés de l’Atlantique, » se réjouit la députée Ecolo Hélène Ryckmans.

Le CETA contient en effet les mêmes dispositions problématiques que le TTIP qui mettent en danger notre démocratie et nos normes sociales et environnementales. Via leurs filiales canadiennes, les multinationales américaines y trouveraient d’ailleurs les mêmes avantages.

Le traité CETA ne respecte par exemple pas toute une série de normes sociales et environnementales, la transparence, le droit des états à légiférer, le principe de précaution et bien d’autres. De plus, le CETA s’inscrit dans une logique de libéralisation poussée à l’extrême, en partant du principe que les règles en matière de santé, de travail ou d’environnement sont des obstacles au commerce.

« Devant des enjeux d’une telle ampleur, on pouvait croire que l’action politique est vouée à l’échec au niveau régional. Ce n’est pas le cas ! Les députés wallons ont donc une très grande responsabilité à saisir. Nous répondons ainsi aux préoccupations des nombreux citoyens qui se sont prononcés contre le CETA, notamment par le biais de pétitions », poursuit-elle.

Le texte déposé conjointement par Ecolo, PS et cdH s’appuie sur la première version élaborée par Ecolo, qui demande explicitement au Gouvernement wallon de ne pas octroyer la délégation de signature à l’État fédéral, qui constitue l’élément clé du débat.

« Pour Ecolo, les valeurs sociales et humaines sont supérieures à celles du commerce dans la hiérarchie des normes internationales. Il faut donc tout faire pour que les institutions de l’Union Européenne et de ses pays membres ne ratifient pas le CETA avec le Canada », conclut Hélène Ryckmans.