Actualités

Actualité

le moratoire doit être le prélude à un dialogue serein

1 avril 2015
le moratoire doit être le prélude à un dialogue serein

Ce moratoire signifie un retour à la situation antérieure à février 2014, et une importante diminution du nombre de Bruxellois survolés par les avions décollant de l’aéroport de Zaventem.

En effet, près de trois fois moins de personnes seront ainsi survolées. Si cette nouvelle situation représente une amélioration elle doit être le point de départ d’un dialogue serein. Aucune querelle juridique ou politique n’a jamais résolu de problème de fond.

Dès à présent, deux éléments doivent être réunis pour œuvrer à une solution définitive : une objectivation et des solutions structurelles.

1) Les responsables fédéraux doivent objectiver les risques liés au survol des zones fortement habitées. Les nuisances, tant sonores que de santé, doivent faire l’objet d’études objectives. Une procédure d’évaluation de toute nouvelle route était prévue dans l’accord de 2008, elle doit être appliquée, ce qui ne fut pas le cas pour le plan Wathelet en 2014.

2) Des solutions structurelles. Plusieurs leviers existent et doivent être étudiés :

 Une large réflexion sur l’avenir de l’aéroport.

 Une restriction de l’exploitation de l’aéroport ne peut être un sujet tabou et doit être étudiée ainsi qu’une décentralisation de ses activités

 La mise en service de nouvelles routes, qui devront être évaluées selon les critères de risques et de nuisances, et étudiées en concertation avec les pilotes.

 Le respect de la nuit européenne, de 22 heures à 7 heures, et une suppression complète des activités nocturnes.

 Un éventuel allongement ou déplacement des pistes actuelles

Ce dossier qui, malheureusement, fait l’objet depuis de trop nombreuses années de surenchères tant communautaires que politiques, et le plus souvent à la veille d’élections, doit être considéré avec tous les acteurs concernés sur la base de principes clairs : le moins de nuisances possible pour le moins de citoyens possible tant sur le plan environnemental, de santé, de sécurité que de qualité de vie.