Actualités

Actualité

Le Gouvernement wallon en mode “déprime”

24 février 2015
Le Gouvernement wallon en mode “déprime”

Le système de primes à la rénovation mis en place lors de la précédente législature est fortement modifié par le Gouvernement régional. Au programme: ambitions et budgets à la baisse. Au détriment des wallons.

Le Gouvernement PS-cdH et le Ministre Furlan affirment que le nouveau système sera plus simple et plus social. Rappelons quand même que le Gouvernement wallon a commencé par réduire fortement ses ambitions en la matière. Le budget 2015 relatif aux :

 primes « Réhabilitation » pour les particuliers est passé de 24 à 14 millions
(-10 millions).

 primes « Energie » passe de 38 à 23 millions (- 15 millions).

 le dispositif MEBAR, l’enveloppe prévue pour les ménages à bas revenus dont la demande passe par le CPAS, et Soltherm diminuent de moitié (-3 millions).

Au total, il s’agit d’une diminution de 28 millions d’euros !

Il y aura donc globalement beaucoup moins de ménages, bas ou moyens revenus, qui auront accès aux primes. Pour Ecolo, le gouvernement wallon en réduisant le budget et en supprimant toutes une série de dispositifs bien utiles pour de nombreux ménages wallons, adopte de mauvais choix pour la Wallonie.

La suppression du soutien majoré aux isolants naturels, bons pour la santé, l’environnement et notre économie locale, est également à dénoncer. Cette suppression fait peser un risque réel sur le secteur wallon du chanvre, du recyclage et de la filière bois. Le gouvernement prétend faire de l’économie circulaire une priorité mais réduit en réalité le soutien à ces filières.

L’augmentation du budget de l’Eco Pack, mis en place par le gouvernement précédent, et dont le succès et l’efficacité sont salués, n’est que virtuelle, étant donné qu’il s’agit d’un recyclage des moyens déjà affectés, liés aux premiers remboursements des prêts.

Sous couvert d’uniformisation des procédures, le système est en réalité beaucoup plus compliqué. Salubrité et performance énergétique sont abordées différemment, alors qu’un rapprochement des deux objectifs avait été amorcé précédemment. Le gouvernement affirme qu’on passe de 60 à 2 primes, c’est faux. Il a juste regroupé dans ces 2 catégories (Réhabilitation et Energie) toute une série d’anciennes primes. Le Ministre a par ailleurs supprimé des primes qui étaient peu sollicitées, mais qui pouvaient être utiles. Ex. la prime pour l’installation d’une première salle de bains a été supprimée. Elle n’était pas très populaire car peu demandée mais vraiment nécessaire pour les personnes qui la sollicitaient.

Nous regrettons par ailleurs que l’audit ne soit plus obligatoire pour les isolations sols et murs, car il garantissait l’efficacité des travaux. Cela représente également un manque à gagner pour de nombreux auditeurs, certains auront suivi une formation et passé le test pour rien.

Nous saluons la majoration accrue des primes pour les bas revenus. Mais le GW ne met pas en place en parallèle une véritable stratégie pour sensibiliser les ménages à plus bas revenus et les soutenir dans leurs démarches, et passe à côté de cet enjeu essentiel.

Ecolo regrette également la disparition des primes pour la ventilation, cruciale pour combiner isolation et un intérieur sain.

Ci-dessous, quelques simulations pour un aperçu plus concret de la situation des primes:

 Un couple d’instituteurs, avec deux enfants, dont le revenu brut s’élève à 47 000 euros par an, souhaite changer de chaudière
Prime sous gouvernement Olivier: 1750 euros
Prime depuis nouvelle réforme: 1200 euros
Total: Perte de 550 euros.

 Une famille monoparentale, dont le revenu brut s’élève à 25 000 euros par an, avec un enfant à charge, souhaite isoler sa toiture
Prime sous gouvernement Olivier: 780 euros
Prime depuis nouvelle réforme: 975 euros
Total: Gain de 195 euros.

 Un couple de retraités, dont le revenu brut total s’élève à 28 000 euros, et qui souhaite réaliser un bouquet de travaux (audit, chaudière, isolation des murs)
Prime sous gouvernement Olivier: 3810 euros
Prime depuis nouvelle réforme: 3520 euros
Total: Perte de 290 euros.

 Un couple, dont le revenu brut s’élève à 55 000 euros par an, avec un enfant souhaite réaliser un bouquet de travaux, et d’utiliser des matériaux naturels (nouvelle chaudière gaz, audit, isolation du toit par un entrepreneur, isolation du sol réalisé soi-même)
Prime sous gouvernement Olivier: 2670 euros
Prime depuis nouvelle réforme: 892 euros
Total: Perte de 1778 euros.

 Une personne isolée, aux revenus modestes (21 000 euros brut par an), fait réaliser un audit, et décide d’isoler son toit elle-même
Prime sous gouvernement Olivier: 570 euros
Prime depuis nouvelle réforme: 494 euros
Total: Perte de 76 euros.

 Une femme seule, dont les revenus bruts s’élèvent à 45 000 euros par an, avec 3 enfants, décide d’installer une chaudière biomasse, et d’isoler toit et murs.
Prime sous gouvernement Olivier: 2775 euros
Prime depuis nouvelle réforme: 2040 euros
Total: Perte de 735 euros.

Pour la famille monoparentale à bas revenus, avec un enfant, la prime a augmenté, et c’est une bonne chose! Mais attention, il ne suffit pas d’augmenter les primes, il faut prévoir des mesures d’accompagnement spécifiques. La plupart des personnes précaires ont beaucoup de mal à réaliser ce type de travaux. Pourquoi ne pas profiter du transfert de la compétence du Fonds de Réduction du Coût global de l’Energie (FRCE) à la région et de son réseau de conseillers, ainsi que du réseau des écopasseurs, afin d’aller à la rencontre de ces publics, sur le terrain, pour élaborer avec eux un plan de travaux ? On peut également s’inquiéter de la disparition apparente du dispositif MEBAR, destiné spécifiquement à ce public, ou en tous cas de l’absence d’une prise en compte intégrée dans la réforme.