Saviez-vous que le mot ‘sieste’ venait du latin ‘siesta’, qui désigne la sixième heure (‘sexta hora’) après le lever du soleil et correspond à ce moment où notre vigilance baisse en début d’après-midi ? Et que Newton avait découvert le principe de gravitation pendant qu’il s’accordait une sieste de quelques minutes ?

Considérée comme réservée aux (petits) enfants, aux personnes âgées et aux pays chauds, relativement mal vue dans une société qui favorise le travail et l'(hyper)activité, la sieste serait pourtant naturelle et bienfaisante à de multiples niveaux. Mémoire, stress, créativité, immunité, tension artérielle, rythme cardiaque, douleur,… Oui, la sieste agit positivement sur tout ça. Et c’est la science qui le dit, sur base de multiples études et expériences !

Oui mais… faire la sieste au travail ? La sieste en milieu professionnel reste, chez nous, une pratique un peu honteuse. 18 % des belges avouent piquer un petit somme en cachette et la plupart des dirigeants d’entreprises sont frileux à l’idée de l’instaurer au bureau. C’est tout le contraire aux USA, en Chine ou au Japon notamment, qui ont constaté les effets bénéfiques de la sieste sur les performances et le bien-être des travailleurs. Certaines études indiquent que cette pause augmenterait de 20 % les performances intellectuelles, boosterait la mémoire et la concentration. Pratiquée régulièrement, la sieste aiderait aussi à diminuer le stress, et joue un rôle positif sur la tension artérielle et le rythme cardiaque. Alors ? On s’y met ?

Il y a sieste et sieste

Il n’y a pas une sieste, il y a des siestes. De la sieste flash de moins de 5 minutes, à la sieste royale d’une heure et demie, en passant par la sieste standard de 20 à 30 minutes, chacune a des effets différents sur l’organisme. Trop longue ou mal adaptée, et le risque d’insomnies est réel, tout comme ce qu’on appelle l’inertie du sommeil, c’est-à-dire cette sensation de lourdeur et de brouillard qui subsiste après une sieste.

Quelle sieste pour quelle situation ? Suivez le guide !

La micro-sieste ou sieste flash consiste à changer de rythme et à faire une coupure. C’est la seule qui est conseillée aux personnes souffrant d’insomnie chronique, car elle ne comporte pas de sommeil. La sieste flash s’apparente davantage à une relaxation profonde, pouvant s’effectuer n’importe où et autant de fois qu’on veut dans une journée.

La sieste de 10 à 15 minutes, serait suffisante pour améliorer la vigilance, la fatigue, la vigueur et l’humeur.

La sieste la plus récupératrice est la sieste standard de 20 à 30 minutes. Elle a l’avantage de ne pas avoir de sommeil profond et on en sort plus reposé.

Séance de sieste flash en 3 étapes

Envie d’essayer ? Quelques minutes, trois étapes et c’est parti !

  1. Fermez les yeux, respirez lentement. Sentez le calme vous gagner ;
  2. Visualisez des souvenirs agréables : cette auto-hypnose apaise le mental. Relâchez vos muscles et bâillez allègrement. Faites des cercles avec vos yeux, toujours fermés, dans un sens puis l’autre. Laissez-les repartir vers le haut ;
  3. Inspirez lentement au moment de vous ‘réveiller’, bougez doucement les doigts, les mains, les pieds. Etirez-vous, ouvrez les yeux en regardant autour de vous et reprenez pied dans la réalité.
Share This