Malgré l’abstention de la Belgique, qui a bien failli faire capoter la décision finale, l’Europe vient d’interdire 3 substances néocotinoïdes, ces puissants insecticides qui ont des effets désastreux sur l’environnement, en particulier sur les abeilles.

« Il s’agit là d’une superbe victoire pour la nature et l’environnement », déclare Muriel Gerkens, députée fédérale. « Se passer des néocotinoides est possible. Des alternatives existent et doivent être promues auprès des agriculteurs (*). En témoigne le développement de la culture biologique de betteraves en Suisse, en Allemagne et en Autriche », commente Patrick Dupriez, Coprésident d’ECOLO.

Les écologistes demandent maintenant aux différents Ministres de l’Agriculture de s’engager résolument dans l’accompagnement des agriculteurs concernés (betteraviers…) pour les aider à réaliser la transition écologique de leurs pratiques agricoles vers un modèle réconcilié avec la biodiversité et la santé humaine.

« Accompagner la transition ne signifie par le remplacement d’un produit dangereux par un autre qui ne serait pas encore sur la liste des interdictions. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une modèle agricole qui tende vers la souveraineté alimentaire et qui favorise une consommation locale », conclut Patrick Dupriez.

(*) Gestion intégrée des ravageurs, variétés de cultures résistantes, prédateurs naturels, rotation des cultures,… la liste est longue)

Commentaires

Commentaires

Share This