Environnement – Biodiversité

  • Proposition 1

    Développer une stratégie « biodiversité 360° » notamment en créant 1000 ha/an de réserves naturelles, en plantant 200 km2 de forêts en agroforesterie, en intégrant les 90.000 ha des zones candidates Natura 2000 dans le Réseau écologique wallon ainsi qu’en restaurant plus de 20% de sites Natura 2000 d’ici 2025.

  • Proposition 2

    Promouvoir les espaces verts et prairies pour améliorer la qualité de vie des habitants et préserver les abeilles, les insectes pollinisateurs et les oiseaux en impulsant une dynamique pour faire en sorte que chacun ait au moins un mini-espace vert à moins de 300 m de chez lui.

  • Proposition 3

    Stopper la bétonisation, l’étalement urbain et l’artificialisation de nos territoires.

  • Proposition 4

    Soutenir les initiatives qui visent à réduire l’empreinte écologique et la consommation de ressources et tendent vers le zéro déchet.

  • Proposition 5

    Adopter une loi interdisant l’obsolescence organisée, étendre la durée des garanties sur les produits et services et la disponibilité des pièces détachées.

  • Proposition 6

    Imposer, via les permis d’urbanisme, un Coefficient de Biotope par Surface (rapport entre la surface d’un projet couverte de végétation et la surface totale du projet).

  • Proposition 7

    Introduire des clauses techniques dans les marchés publics et des normes pour les marchés privés du bâtiment afin de renforcer les aménagements favorables à la biodiversité (faune et flore) en diminuant leur impact écologique (stockage de l’eau, du carbone, qualité de vie, ...).

  • Proposition 8

    Rehausser nos ambitions en matière de qualité de l’air en adoptant les normes OMS et en contrôlant strictement leur respect, y compris en cas de pics de pollution.

  • Proposition 9

    Sortir du plastique en trois phases : - 2020 fin de l’emballage plastique des fruits et légumes individuels - 2022 fin des plastiques à usage unique pour lesquels des alternatives existent - 2030 fin de tout plastique non recyclable et non biodégradable.

  • Proposition 10

    Généraliser la consigne des canettes et bouteilles PET à l’ensemble des territoires de la RW et RBC.

  • Proposition 11

    En vue de ramener en 2030 l’incinération des déchets à 25% des niveaux actuels, développer à grande échelle de nouvelles pratiques de collectes sélectives, ce qui facilitera les traitements écologiques tels que le compostage et la biométhanisation contrôlée ; affiner et diversifier les filières de recyclage et de réutilisation et réduire les emballages. En parallèle, facturer la collecte des déchets résiduels au poids.

  • Proposition 12

    Inscrire le bien-être et la dignité des animaux en tant qu’êtres sentients (sensibles) dans la Constitution.

  • Proposition 13

    Revoir les conditions de l’élevage pour garantir le respect des besoins essentiels de l’animal.

  • Proposition 14

    Mettre la chasse et ses méthodes au service de la biodiversité et de l’intérêt général.

C’est la vie même qu’on fragilise

L’être humain est fondamentalement relié à la diversité du vivant. Cette diversité, et l’ensemble des interactions entre les êtres vivants et leur environnement, nous prodiguent : nourriture, fibres, médicaments, pollinisation, fertilisation, … Bref, la biodiversité permet tout simplement la vie humaine sur notre unique planète. Mais aujourd’hui, le bilan santé de la biodiversité en Belgique est très alarmant : elle disparaît, implacablement. Et cette disparition menace tous les équilibres complexes nécessaires à notre subsistance.

Être connecté avec la nature, c’est évidemment une condition de bien-être pour les êtres humains. Mais fondamentalement, nous devons surtout considérer que la biodiversité est la ressource première, l’assurance-vie de nos sociétés. Il ne s’agit pas seulement de la protéger, mais aussi de veiller à la régénérer pour préserver et développer les services écosystémiques que la nature nous rend : une eau épurée, un air sain, des sols fertiles, une alimentation variée et une vie en bonne santé.

Les oiseaux jouent, entre autres, un rôle déterminant dans la régulation des populations d’insectes nuisibles à l’agriculture. Mais ils disséminent également les graines, et jouent un rôle réel dans la régénération des forêts, comme dans la pollinisation des plantes. En 25 ans seulement, plus de la moitié des oiseaux ont disparu de nos campagnes belges.

Les insectes jouent des rôles importants dans la biodiversité. Ils apportent de la matière organique à la terre, décomposent les déchets, les transforment en matières assimilables par les plantes. La disparition des insectes pollinisateurs ferait baisser de 30% les récoltes alimentaires mondiales. Pourquoi ? Parce que la pollinisation est essentielle à la reproduction de nombreuses espèces végétales. Sans les insectes, nous devrions faire une croix sur de nombreux fruits et légumes : c’est l’ensemble de notre équilibre alimentaire qui en serait modifié.

Les arbres fournissent de la nourriture à de nombreuses espèces vivantes, mais ils capturent aussi le CO2, retiennent l’eau, fixent les sols, régulent la température, améliorent le cadre de vie… Bref, les arbres répondent, à eux seuls, localement, à la plupart des défis écologiques de la planète !

Les prédateurs comme le renard – et bientôt le loup, de retour en Belgique – jouent un rôle essentiel dans la régulation des espèces. Sans eux, le volume de certaines populations d’herbivores et de granivores exploserait, au détriment de la diversité des milieux. Pourquoi ? Parce que ces espèces exploiteraient, sans aucune limite, leurs ressources alimentaires, au détriment de la biodiversité.

Découvrir également… Climat – Énergie