Les écologistes font le constat que notre démocratie actuelle est fatiguée. La montée des populismes autoritaires et le désamour croissant vis-à-vis des hommes et femmes politiques nous obligent à chercher comment revivifier notre démocratie.

Dépasser la fatigue de la démocratie représentative recquiert plus que les seules réformes aujourd’hui sur la table des différents parlements. Assainir le système représentatif est certes nécessaire, mais totalement insuffisant.

Il faut aller beaucoup plus loin et démocratiser radicalement la vie publique, c’est-à-dire redistribuer les responsabilités politiques vers l’ensemble des citoyens, à tous les niveaux de pouvoir. Sinon, le pouvoir fort, le populisme autoritaire, aura toutes ses chances.

Ce n’est pas parce qu’il y a une fatigue démocratique qu’il n’y a pas de dynamisme démocratique : les gens ont des choses à dire, mais il faut que le système leur permette de s’exprimer, de délibérer, d’agir politiquement !

C’est pourquoi ECOLO propose la mise en place d’un droit d’Initiative Citoyenne. Il consiste dans la possibilité, pour les citoyens d’une commune, d’une région ou d’un Etat, de mettre un projet ou un texte à l’agenda politique.

C’est un levier de démocratisation fondamental, car il permet à des citoyens de se mobiliser autour de propositions précises et de provoquer la discussion collective en vue d’une prise de décision à la légitimité renforcée. C’est le meilleur antidote à la crise de légitimité de notre système politique.

ECOLO a d’ailleurs décidé de ne pas attendre que des avancées soient réalisées au niveau législatif belge pour s’appliquer à lui même les changements qu’il propose. Depuis toujours, ECOLO est une plate-forme citoyenne à la pointe de l’innovation démocratique. C’est pourquoi ECOLO s’est doté, dans ses statuts, de ce mécanisme d’Initiative Citoyenne. Par celui-ci, des citoyens ou des associations peuvent soumettre au parti un texte législatif à faire porter par ses députés. Ce mécanisme vient d’être inauguré lors l’Ecolab Démocratie (*). En effet, une série de propositions formulées par les citoyens et retenues lors de cet Ecolab seront débattues dans notre parlement interne. Amendées puis adoptées, elles constitueront nos priorités programmatiques.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’une démocratie faite de représentants responsables et de représentés actifs. Nous sommes convaincus que l’un et l’autre sont possibles en évoluant vers un modèle plus dynamique, inclusif et participatif.

Les grandes directions débattues:

  • Simplifier les structures de l’Etat;
  • Limiter les mandats publics dans le temps et prévoir des garanties pour une transition entre vie politique et vie professionnelle;
  • Créer un droit d’initiative citoyenne qui permet à des citoyens d’obtenir d’une assemblée qu’elle vote sur un texte précis;
  • Constituer des assemblées composées de citoyens tirés au sort ou mixtes élus/citoyen

(*) A travers 12 Ecolabs, les Verts mettent en discussion leurs objectifs politiques afin de construire des alliances avec des acteurs sociaux, économiques et citoyens.

Lire la proposition complète ici

Intervenants extérieurs : Pierre-Etienne Vandamme, aspirant FNRS à la Chaire Hoover (UCL) / Ludivine Damay, chargée de cours en sociologie politique (ULB) / Quentin Pironnet, Maître de conférences en Droit public (ULG) / Benoit Derenne, Directeur de la Fondation pour les Générations Futures (FGF) / Nathan Charlier, collaborateur scientifique au CRIDS (Unamur) / Cécile Romainville, Professeur en droit constitutionnel (UCL)

Voir la vidéo

Voir les photos

 

Commentaires

Commentaires

Share This