Pour Ecolo, le droit à l’avortement doit être reconnu comme un devoir de santé publique à part entière. L’interruption de grossesse ne peut plus être un délit, même partiellement. Il doit être décriminalisé et donc retiré du code pénal, pour rejoindre la législation en matière de santé.

Les écologistes ont déjà déposé une proposition de loi visant à retirer définitivement l’avortement du code pénal. Ce texte supprime également l’appréciation de l’état de détresse de la femme, comme élément exigé en tant que condition sine qua non à l’IVG.

La commission Justice de la Chambre détermine demain les dossiers à traiter en priorité pour les mois qui viennent. Ecolo-Groen soutiendra dès lors évidemment la mise à l’agenda prioritaire de l’examen de la législation en matière de droit à l’avortement.

« J’espère que nous pourrons cette fois avancer sur ce sujet. Régulièrement, l’autorisation d’avorter sous certaines conditions est en effet réinterrogée. Je rappelle qu’en juin 2017, en commission Justice, le MR avait refusé de sortir l’IVG du code pénal, soutenant ainsi les positions conservatrices du CD&V et du cdH notamment », commente Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo. « Or, chaque tentative de révision à la baisse de ce droit constitue une atteinte aux droits des femmes. Il est crucial d’envoyer un signal fort et de rappeler les droits des femmes, le droit de choisir le moment d’avoir des enfants et le droit à la santé, » conclut Muriel Gerkens.

Share This