Actualités

Actualité

Ecolo veut refonder la démocratie et assainir les pratiques politiques

21 juin 2017
Ecolo veut refonder la démocratie et assainir les pratiques politiques

A l’issue de son Bureau politique de ce mercredi 21 juin, Ecolo réitère sa volonté {{d’assainir profondément les pratiques politiques}} et de refonder la démocratie.

En effet, la crise gouvernementale provoquée par le cdH est précédée d’une série de scandales (Publifin, ISPPC, Samusocial, Kazakhgate,…), impliquant à des degrés divers des représentants des trois partis traditionnels. Ces dossiers d’une gravité extrême sapent la confiance des citoyens dans leurs institutions et dans leurs représentants. Ils illustrent de façon dramatique la nécessité d’un assainissement en profondeur des pratiques politiques et d’une refondation de la démocratie.


Face aux urgences environnementales, et aux défis sociaux et économiques, nous ne pouvons nous permettre que cette crise se poursuive ou s’amplifie. « La priorité aujourd’hui n’est pas aux jeux de pouvoir mais aux mesures qui permettront d’éviter que demain de tels scandales se reproduisent et, plus largement, de répondre au gouffre démocratique et à la défiance des citoyens, » commentent les coprésidents d’Ecolo Zakia Khattabi et Patrick Dupriez. « De toute crise, il faut faire une opportunité. La crise de confiance des citoyens à l’égard des institutions et des politiques est telle qu’une véritable révolution éthique et un changement profond du système politique s’impose. Et vite. » poursuivent-ils.

Pour Ecolo, l’urgence n’est donc pas aux négociations d’alliances et de casting, mais bien à l’engagement ferme de tous les responsables politiques à refonder la démocratie pour plus d’efficacité, de participation et d’éthique. Les fondations d’un nouveau système politique doivent être adoptées au plus tard le 21 juillet et traduites en textes législatifs dès septembre.

Ecolo pose ainsi plusieurs mesures concrètes visant à assainir en profondeur les pratiques politiques et refonder la démocratie. Ces dernières concernent l’éthique des mandataires, la gouvernance et la démocratie citoyenne et portent notamment sur :

le décumul intégral des mandats pour les parlementaires et l’ensemble des fonctions régionales à responsabilité importante (Ministres, chefs de cabinet, directeurs généraux des administrations, et des organismes d’intérêt public et intercommunales qui ne pourront plus exercer aucun autre mandat exécutif) ;

  • le plafonnement des rémunérations des mandataires publics et la publication de leurs rémunérations ;
  • la dépolitisation des recrutements dans la fonction publique ;
  • la suppression des Provinces en Wallonie et la rationalisation des structures à Bruxelles;
  • l’instauration des initiatives citoyennes et l’organisation de consultations populaires régionales, y compris pour les traités internationaux ;
  • l’accès total des citoyens à l’information ;

« Poser la question d’un renversement d’alliance n’a pas de sens tant que les éléments qui ont amené à la crise que nous connaissons actuellement ne sont pas résolus. C’est l’objectif des mesures concrètes que nous proposons. L’heure n’est plus aux promesses d’engagement, de changements de pratiques ou autres déclarations d’intention. Des actes forts peuvent être posés sans tarder, pour que le changement s’opère réellement d’ici la rentrée, » concluent les coprésidents d’Ecolo.

Lire les propositions : Refonder la démocratie et assainir les pratiques politiques
170621_ecolo_refonder_la_democratie_et_assainir_les_pratiques_politiques.pdf