Actuellement, une femme enceinte malade ou victime d’accident au cours des 6 dernières semaines précédant sa date d’accouchement, et qui doit donc quitter prématurément son travail indépendamment de sa volonté, voit son congé de maternité raboté. En effet, ces jours d’incapacité sont convertis en congé prénatal et ne sont pas reportés après son congé postnatal, comme c’est le cas lorsque l’incapacité survient avant ces 6 dernières semaines.

« Si la femme est malade ou victime d’un accident qui l’empêche de travailler avant les 6 dernières semaines, c’est considéré comme une incapacité de travail. Si la même maladie ou le même accident survient dans les 6 dernières semaines, ça représente quand même 1 mois et demi !, c’est assimilé à un congé de maternité. Le congé de maternité après la naissance est donc plus court. C’est profondément injuste et pénalisant pour les femmes qui connaissent une fin de grossesse difficile », commente Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo.

C’est pour mettre fin à cette situation qu’Ecolo-Groen a déposé une proposition de loi permettant à une travailleuse de reporter après son congé postnatal la totalité de la période durant laquelle elle a été incapable de travailler pour cause de maladie ou d’accident, y compris au cours des 6 dernières semaines de sa grossesse.

« Nous avons demandé à la Cour de comptes et au Conseil National du Travail de remettre un avis sur notre proposition de loi afin de la concrétiser rapidement. C’est une question d’égalité de traitement fondamentale entre les femmes ayant eu une grossesse difficile et celles qui ont connu une grossesse sans complications. Nous espérons que nous pourrons être rejoints par les autres groupes politiques sur cette question dès que nous aurons reçu les avis demandés », conclut Muriel Gerkens.

 

Commentaires

Commentaires

Share This