Actualités

À la une

Ecolo plaide pour un dialogue entre les différents niveaux de pouvoir pour développer un modèle sportif plus résilient

21 octobre 2020
Ecolo plaide pour un dialogue entre les différents niveaux de pouvoir pour développer un modèle sportif plus résilient

Le monde du Sport amateur fait également partie des secteurs victimes de la crise sanitaire actuelle. Le député Ecolo Christophe Clersy est intervenu ce mercredi en plénière de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le but de lancer une réflexion sur les soutiens possibles aux clubs amateurs. « Derrière tous les clubs qui composent le sport amateur, on trouve des enfants, les femmes et les hommes qui s’engagent au jour le jour comme professionnels ou volontaires. Dès lors, il est important de se pencher sur la problématique rencontrée par ces clubs qui, pour certains, étaient en septembre clairement en sursis », explique le député Ecolo Christophe Clersy.

Et de poursuivre : « sans les ressources liées aux buvettes ou à leurs soupers et la formidable dynamique volontaire qui les accompagne, beaucoup de nos clubs ne peuvent assurer leur viabilité. On parle de 75 à 80 % des recettes qui proviennent de la buvette dans certains cercles ».

Les clubs sont directement impactés par les récentes mesures sanitaires. Pour Christophe Clersy, il est utile de détailler le contenu des informations relatives au risque sanitaire lié au sport. « Il y a des mesures à chaque niveau de pouvoir, sachant que l’adhésion de la population / du mouvement sportif est directement liée à la lisibilité de ces décisions, il faut renforcer le dialogue. La transparence des informations constitue un élément-clé dans l’adhésion des concitoyens aux mesures qui sont prises. »

Pour le député Ecolo, il faut également être attentif au bien-être des enfants. « Une méta-analyse réalisée par des chercheurs anglais de luniversité de Bath a passé en revue plus de 80 études afin dévaluer limpact de l’isolement social sur la santé mentale des jeunes âgés de 4 à 21 ans. Il en ressort que les jeunes qui se sentent seuls pourraient être trois fois plus susceptibles de développer une dépression à l’avenir et limpact de la solitude sur la santé mentale pourrait s’étendre sur une période de dix ans. En cas de maintien et de durcissement des mesures, les pouvoirs publics doivent pouvoir aider les familles à trouver et à identifier ces alternatives. C’est d’autant plus vrai au niveau des publics les plus fragilisés. »

Au-delà des mesures d’urgence en matière d’appui que la Fédération Wallonie-Bruxelles compte mettre sur pied pour faire face à cette deuxième vague de la pandémie, le député Clersy, estime que cette situation appelle à une véritable réflexion de fond entre tous les niveaux de pouvoir que nous ne pouvons plus repousser. « Les Français disent qu’en Belgique, on construit la buvette avant la salle de sport elle-même. Cette dépendance n’est plus tenable. Je pense que le renforcement de la solidarité entre le sport professionnel et le sport amateur est essentiel. Outre Quiévrain, une contribution de 5% sur la commercialisation des droits d’exploitation audiovisuels des compétitions sportives est ainsi d’application. Au nom de la solidarité entre sport professionnel et sport amateur, le produit de cette participation solidaire, dont la recette est estimée à 53 millions d’euros en 2019, est reversé au Centre national pour le développement du sport et utilisée pour les programmes dédiés au sport pour tous. A l’image de ce qui a été fait dans le secteur culturel, une conférence interministérielle autour de lavenir du sport simpose pour débattre de tels sujets ».