Actualités

Actualité

Ecolo et Groen dessinent la Belgique du futur grâce à leurs candidats Erasmus

Ecolo et Groen dessinent la Belgique du futur grâce à leurs candidats Erasmus

La Belgique a besoin de davantage de coopération et de liens. C’est l’une des préoccupations constantes d’Ecolo et de Groen, qui font un pas plus loin dans cette direction grâce à leurs candidats Erasmus, une première dans notre pays. Concrètement, il s’agit de candidats écologistes francophones qui se présentent sur des listes fédérales flamandes et inversement. Les 12 candidats Erasmus sont présentés aujourd’hui par Jean-Marc Nollet, coprésident d’Ecolo et Kristof Calvo, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre. Les écologistes introduisent également une liste d’articles visant à réviser positivement la Constitution, dont ceux nécessaires à l’établissement d’une circonscription fédérale unique.« Il y a ceux qui divisent et ceux qui rassemblent. Ecolo et Groen font de la politique pour tous les Belges. Au-delà des initiatives communes et des projets similaires, nous avons décidé de ne pas attendre la circonscription fédérale unique que nous appelons de nos vœux pour avancer. Nous avons maintenant des candidats qui ont franchi chaque côté de la frontière linguistique afin de créer des ponts », commentent Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo.

Les 12 candidats sont un mélange de profils expérimentés et de nouveaux venus. Ainsi, deux candidats Erasmus Ecolo débarquent en Flandre Orientale: Monika Dethier-Neumann, disposant d’une expérience parlementaire et candidate germanophone (place 18) et Georges Ballon-Perin, conseiller provincial namurois (8ème suppléant). Roland Vanseveren, ancien échevin Ecolo, fonctionnaire fédéral et conseiller communal à Berloz, rejoint pour sa part la liste fédérale limbourgeoise (3ème suppléant).Parmi les candidats Ecolo expérimentés qui se présentent en Flandre, se trouve également Marc Hordies, qui a exercé les fonctions de coprésident, de sénateur et de parlementaire Ecolo, et qui vient renforcer la liste emmenée par Kristof Calvo à Anvers, en poussant la liste des suppléants (12ème suppléant) aux côtés de Mieke Vogels, elle aussi ancienne présidente et Ministre Groen.Trois membre de Groen passent la frontière linguistique. Lech Schelfout, conseiller communal à Ronse, est candidat en Hainaut, où il poussera la liste (place 10) tirée par Jean-Marc Nollet. Julie Vanstallen, conseillère communale à Hoeilaart, poussera la liste en Brabant Wallon (place 5). Stefanie De Bock, présidente de Jong Groen jusqu’en 2018 et actuellement conseillère provinciale en Brabant Flamand, rejoint la liste fédérale à Liège (place 9).

Des candidats francophones se présentent également en Brabant Flamand, tandis que des candidats néerlandophones se présentent sur la liste commune Ecolo-Groen pour la Chambre dans la circonscription de Bruxelles.En Brabant Flamand, les candidats Ecolo Robert De Lille (place 6 pour le Parlement flamand) et Christine Tinlot (place 7 pour la Chambre), qui siège déjà en tant qu’échevine pour Groen à Tervuren. A Bruxelles, on retrouve Tinne Van der Straeten (place 3), Anthony Baert (place 12) et Mathias Gyselen (6ème suppléant) sur la liste emmenée par la coprésidente d’Ecolo Zakia Khattabi.

Circonscription fédérale« Cette possibilité de se présenter sur une liste différente de son lieu d’habitation est prévue au niveau fédéral par la loi, mais n’a jamais été utilisée de manière structurelle. Nous avons décidé de franchir cette étape, car la coopération est et sera toujours plus importante que les divisions. La N-VA veut construire des murs ? Nous répondons en construisant des ponts. Nos candidats Erasmus en seront le symbole », ajoutent Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo.Pour les écologistes, la création d’une circonscription fédérale unique est une priorité, pour davantage de démocratie et de coopération. C’est la raison pour laquelle Ecolo et Groen ont établi une liste visant à réviser positivement la Constitution, parmi lesquels se trouve l’établissement d’une telle circonscription fédérale unique.

« Notre coopération porte ses fruits. C’est elle qui permet d’aboutir à une liste commune d’articles de notre Constitution pouvant être révisés, créateurs d’effets positifs sur l’ensemble de la société belge. Lorsque le sujet ‘révision de la Constitution’ est abordé, c’est généralement avec la grille de lecture que tente d’imposer la N-VA, celle qui vise la division et le blocage de notre pays. Nous, nous disons que nous voulons plus de ponts entre francophones et néerlandophones, et nous sommes la seule famille politique à le faire vraiment. Il serait logique et sain pour notre démocratie que le Gouvernement fédéral adopte et respecte une liste unique pour la Chambre », concluent Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo.