Ecolo se bat depuis de nombreuses années pour que l’avortement sorte du code pénal et devienne un droit protégé par une loi spécifique liée à la santé. De la même manière, les écologistes souhaitent que toutes les femmes qui en ont besoin aient réellement accès à l’IVG dans les meilleures conditions possibles.

C’est la raison pour laquelle Ecolo a déposé une proposition de loi en ce sens comportant également des avancées attendues par de nombreuses organisations et experts, notamment l’extension du nombre de semaines durant lesquelles l’IVG est autorisée et la prise en compte de la détermination de la femme sans lui imposer des évaluations de son état de détresse et un nombre de jour de réflexion. Les écologistes proposent en outre de renforcer le soutien psycho-social de ces femmes et l’accompagnement en fonction du nombre de semaines de grossesse.

Pas moins de 25 expertes et experts ont été entendus au Parlement à ce sujet. Toutes et tous ont relevé la nécessité d’améliorer la rencontre des besoins des femmes au-delà de l’indispensable sortie de l’IVG du code pénal. Les termes de la proposition Ecolo-Groen se sont révélés être les plus adaptés aux besoins exprimés dans ce contexte.

« Vu l’importance et la sensibilité de ces questions, et afin de nous montrer constructifs et orientés vers une solution, nous avons participé à une dynamique collective visant à réunir les partis dépositaires de propositions de loi, dont l’Open VLD, membre de la majorité », commente la députée fédérale Ecolo Muriel Gerkens. « Malheureusement, ce dernier n’a pas répondu à l’invitation au dialogue afin d’aboutir à une proposition de loi commune faisant suite aux auditions. L’opposition seule, en dehors du cdH a donc déposé une texte commun. Mais ce mercredi, la majorité annonce un texte négocié dans son coin et qui sera imposé lors d’un vote classique majorité/opposition le mardi 10 juillet. Quel mépris pour le travail réalisé et pour l’expertise des avis rendus ! » ajoute Muriel Gerkens.

Ecolo souligne en outre que ce texte n’a pas encore été déposé ni présenté en Commission de la Chambre, alors que la date des débats du 4 juillet est connue depuis 3 semaines. Pour Ecolo, dans ce dossier comme dans d’autres, cette attitude traduit un mépris du débat parlementaire sur un sujet éthique qui justifie au contraire la plus grande ouverture.

« On entend par ailleurs déjà le MR déclarer que le présenté par la majorité constituerait une avancée pour les femmes en sortant l’IVG du code pénal. Mais dans les faits, il n’améliore en rien la rencontre des besoins de ces femmes, et ne tient aucun compte des travaux réalisés en commission. Ecolo se mobilisera jusqu’au bout pour obtenir de réelles avancées dans ce dossier, aux côtés des femmes et en particulier de celles qui sont dans des situations sociales, économiques et culturelles les plus difficiles, car ce sont elles qui sont, une nouvelle fois victimes de l’arrogance de la majorité fédérale », conclut Muriel Gerkens.

 

Commentaires

Commentaires

Share This