Culture & Médias

  • Proposition 1

    Rendre possible l’accès à la culture pour tout le monde, notamment à travers l’accessibilité financière des activités culturelles mais aussi l’accessibilité en termes de transports et d’ouverture des infrastructures.

  • Proposition 2

    Réorganiser de manière pérenne et transparente le financement de la culture pour diminuer la charge administrative qui pèse sur les artistes et les opérateurs culturels au profit de la création artistique.

  • Proposition 3

    Transposer anticipativement dans le droit belge les propositions de directive sur la taxation des GAFA telles qu’adoptées par le Parlement européen, pour financer la culture et les médias.

  • Proposition 4

    Soutenir la diffusion de la création artistique, notamment par une politique équitable pour tous les lieux de diffusion financés par les pouvoirs publics.

  • Proposition 5

    Développer l’éducation aux médias, dans l’enseignement obligatoire notamment en pérennisant et élargissant l’opération « Ouvrir mon quotidien » vers l’enseignement secondaire et supérieur et vers les versions numériques des journaux quotidiens.

  • Proposition 6

    Programmer une augmentation des aides à la presse pour garantir le pluralisme et les conditions d’un travail professionnel de qualité, afin d’atteindre progressivement le doublement du montant actuel.

  • Proposition 7

    Organiser une consultation du public sur les orientations à prendre par la RTBF.

  • Proposition 8

    Établir un plan de sortie de la publicité à la RTBF sur 10 ans, à raison d’une diminution moyenne de 10% du temps d’antenne dédié à la publicité par an.

  • Proposition 9

    Donner un statut aux artistes, leur permettant d’avoir une vie professionnelle stable et un statut social décent.

  • Proposition 10

    Définir une obligation minimale de maintien et/ou de création d’emplois artistiques dans les aides publiques et subventions en création culturelle.

  • Proposition 11

    Encourager, y compris financièrement, la présence des arts et des activités culturelles à l’école en soutenant et renforçant les collaborations entre les secteurs culturels et l’école et en revalorisant le travail de médiation culturelle.

  • Proposition 12

    Développer une vigilance active pour le respect entre genres et contre le harcèlement sexuel dans les écoles artistiques et institutions culturelles.

Absence de culture, absence de richesse

Musique, cinéma, peinture, théâtre, dessin, écriture, chant… La culture est partout. Source d’émancipation et de développement, la culture, c’est un bien commun auquel chacun·e a droit. À l’heure de la montée des obscurantismes, des replis sur soi et de la peur de l’autre, il s’agit plus que jamais d’ouvrir les fenêtres, et de défendre le rôle primordial de la culture dans le dialogue humain, dans toute sa diversité.

Pourtant, la culture est sans cesse victime de restrictions budgétaires. Pourtant, les professionnels de la technique et de la création subissent de plein fouet les restrictions de la politique fédérale de l’emploi. Pourtant, le labyrinthe administratif et la complexité de l’accès au statut d’artiste ne font que croître.

Maxime Tirtiaux, 36 ans, musicien, témoigne : « J’ai développé mes activités artistiques après mes études. De concert en concert, j’ai été encouragé à persévérer. En 2012, j’ai accédé au statut d’artiste. C’est une forme de reconnaissance mais cela reste pourtant un système très insécurisant.

On est contrôlé et convoqué pour des entretiens, et on se retrouve face à des personnes qui ne sont pas toujours au fait de la législation artistique… mais qui vont pourtant décider si on va pouvoir continuer à exercer notre métier ou pas. »

Aujourd’hui en Belgique, l’artiste est un travailleur polyvalent et le sous-financement impacte directement ce qui se passe sur scène. « Pour s’en sortir comme artiste, il faut avoir des compétences bien plus larges que ses seules compétences artistiques : il faut savoir faire sa communication, gérer l’info, créer des dossiers, gérer des contacts, maîtriser l’administratif,… et j’en passe. Et, vu que les moyens de la plupart des programmateurs culturels diminuent, aujourd’hui, pour qu’un spectacle soit rentable, on propose des petits projets, en duo ou en trio : 2 ou 3 acteurs ou musiciens… et beaucoup de machines (euh…… parfois c’est super, hein !). Ou alors, les lieux culturels programment moins de groupes sur une même saison. Dans un cas comme dans l’autre, la richesse culturelle s’en trouve appauvrie », poursuit Maxime.

L’art pour tou·te·s

Rapporté à une inflation moyenne sur 12 ans de 2,5%, le budget de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles est en baisse de 20%. Pourtant, comme le souligne l’Unesco : « Le patrimoine constitue une source d’identité et de cohésion (…). La créativité contribue à l’édification de sociétés ouvertes, inclusives et pluralistes. Le patrimoine et la créativité participent tous deux à fonder des sociétés du savoir dynamiques, innovantes et prospères. »

Découvrir également… Enseignement