Constatant que le situation politique actuelle prend le pays tout entier en otage et le paralyse, ECOLO et Groen entendent prendre de nouvelles initiatives dans le cadre parlementaire: “nous déposerons, après notre interpellation en séance plénière ce mardi, une motion de recommandations comprenant un ensemble d’exigences ambitieuses, mais raisonnables, et surtout nécessaires”, déclare Georges Gilkinet, Chef de groupe ECOLO.

Pour les Verts, il est urgent que le Gouvernement infléchisse le cours de son action sur divers sujets cruciaux: “à travers cette motion, nous voulons que la Belgique relève ses ambitions climatiques, renonce à son projet d’accélérer la dégressivité des allocations de chômage, relève les allocations sociales minimales jusqu’au seuil du risque de pauvreté, tel qu’il s’y était engagé en 2014, et garantisse à court terme une capacité suffisante et un traitement digne des demandes d’asile”, poursuit Georges Gilkinet.

Les Verts comptent également sur le fait que la Gouvernement fédéral respecte sans réserve la résolution de la Chambre et approuve donc le Pacte sur les Migrations à l’occasion de l’assemblée générale à New-York. A cet égard, les écologistes invitent le Gouvernement fédéral à prendre toutes les initiatives nationales ou internationales mettant en œuvre le contenu réel du Pacte sur les Migrations de l’ONU, avec pour objectif de contrer les tentatives de sabotage et de désinformation de l’extrême-droite à son sujet et de renforcer la collaboration internationale en matière de migration.

Nous demandons au Gouvernement d’enfin faire la clarté sur ses ambitions d’ici au terme de la législature, et donc de respecter la motion d’ordre adoptée par la Chambre le 12 décembre en formulant des propositions claires pour la gestion des dossiers urgents auxquels la Belgique est confrontée et en demandant la confiance du Parlement, conformément à la tradition constitutionnelle, et en tenant compte des recommandations de fond énoncées plus haut”, indique également la motion que déposeront Ecolo et Groen.

S’il veut sortir de l’impasse, Charles Michel doit choisir son camp. Nous lui montrons la voie!”, conclut Georges Gilkinet.