La Coupe du Monde de football débute ce 14 juin en Fédération de Russie. Pour Ecolo-Groen, cet événement a été pensé comme un élément central de la propagande systématiquement renforcée depuis le début de la présidence de Vladimir Poutine. Pour les écologistes, cette tentative d’instrumentalisation du sport doit être contrée et la Belgique peut agir. C’est l’objet d’une proposition de résolution déposée par les écologistes qui sera débattue demain matin en Commission des Relations Extérieures de la Chambre. 

Ecolo-Groen rappelle que la situation en Russie est catastrophique à de nombreux égards, ce que souligne également clairement le dernier rapport 2016-2017 d’Amnesty International. Des droits fondamentaux, tels les libertés d’expression, de la presse, de réunion et d’association, pour n’en citer que certains, sont chaque jour remis en question, transgressés, voire bafoués. Toute opposition à l’encontre du pouvoir en place est matée. La répression est systématique et contraire au respect des droits humains et de la dignité humaine, particulièrement auprès des minorités. La situation en Crimée sous l’occupant russe rend manifeste ce phénomène avec une détérioration croissante du respect de ces droits (tortures, arrestations arbitraires, exécutions extra-judiciaires).

La sortie du Conseil de l’Europe, l’invasion de l’Ukraine, le soutien au régime Assad en Syrie, la suspicion de l’ingérence de Moscou dans les élections américaines, française et italiennes, ainsi que la manipulation électronique du référendum ayant conduit au Brexit et enfin l’affaire Skripal : toute cette actualité a un point commun, l’organisateur de la Coupe du Monde de Football 2018.

Pour Ecolo et Groen, la Belgique peut et doit profiter de cet événement  pour montrer sa solidarité avec celles et ceux qui se battent pour les droits humains là-bas. C’est le but principal de la résolution que les écologistes défendront demain matin en Commission des Relations extérieures de la Chambre. « Nous demandons que les ministres fédéraux et les membres de la famille royale soient accompagnés de représentants d’associations ou syndicats russes actifs dans la défense des droits humains lors de toute rencontre avec des officiels russes. Notre proposition préconise une attitude semblable pour les ministres des entités fédérées », explique le député fédéral Ecolo Benoit Hellings, à l’origine du texte. « Notre résolution demande également que les Diables Rouges, au vu de la réputation dont ils jouissent, manifestent leur attachement aux droits humains par des signes distinctifs et une déclaration commune, avant le départ vers la Russie. Nous espérons que notre projet de résolution rencontrera l’adhésion de nos collègues démocrates, pour qui les droits humains ne sont pas que des slogans », conclut Benoit Hellings.

 

Commentaires

Commentaires

Share This