Actualités

Actualité

Conférence sur le réchauffement climatique : les écologistes plus que jamais mobilisés

Conférence sur le réchauffement climatique : les écologistes plus que jamais mobilisés

Avec Harvey, Irma, Maria qui ont touché violemment le Texas, la Louisiane, la Floride , Puerto Rico, mais aussi de nombreuses petites îles ; avec 23,5 millions de nouveaux « déplacés climatiques », l’année 2017 a été catastrophique sur le front des conséquences humaines, sociales, environnementales et économiques des changements climatiques.

La Cop23 se déroulera à Bonn, mais sera présidée par les îles Fidji, petit Etat insulaire particulièrement vulnérable aux changements climatiques. Il est certain que cette « COP des Iles » comme on l’appelle déjà, devra maintenir la pression et réinsister sur l’urgence d’une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre. En fait, il s’agit principalement de mettre sur la table un objectif de rehaussement des ambitions en matière climatique.

Les enjeux de cette Conférence climat que certains estiment « technique » et « de transition » ne peuvent être sous-estimés. En effet, on sait déjà que les contributions nationales (NDC) annoncées sont très loin de répondre aux objectifs de l’Accord de Paris. En Belgique, les émissions sont même récemment reparties à la hausse. Or il est démontré que les ambitions de l’accord de Paris devront plus que probablement être rehaussés pour 2020, après une première évaluation des engagements en 2018 à la Cop de Katovice. C’est ce « dialogue de facilitation » qui doit être enclenché aujourd’hui à Bonn en déterminant l’architecture des négociations futures.

Le compte à rebours a donc clairement débuté si nous voulons aboutir à une société sans carbone en 2050.

Les thèmes à aborder durant ces deux semaines de négociation seront nombreux : engagements financiers des Etats dans les fonds climat internationaux (pour la Belgique il est prévu de passer en 2020 de 50 millions par an à 500 millions par an), mise sur pied d’un mécanisme financier pour les « pertes et préjudices » de nombreux pays, protection d’urgence des personnes « déplacées », approvisionnement énergétique 100 % renouvelable pour 2050, « transition juste », participation citoyenne et dialogue social, création d’emplois dans des secteurs durables, désinvestissement des énergies fossiles à tous les niveaux, durabilité et souveraineté des systèmes alimentaires, éducation à l’environnement,…

La Cop23 permettra également d’entendre les villes et acteurs non-étatiques qui se sont exprimés récemment au travers de déclarations souvent plus ambitieuses que celles des Etats.

Enfin, à l’heure où les Etats-Unis de Trump déclarent vouloir sortir de l’Accord de Paris, l’Europe devra reprendre le leadership du combat climatique et réaffirmer fortement et de manière unanime sa volonté de poursuivre et même renforcer ces engagements.

Les écologistes belges, européens (European Green Party) et de tous les continents (Global Greens), seront présents en nombre à Bonn et participeront activement tant aux négociations qu’aux groupes de travail et aux actions au côté des associations, organisations de jeunesse, partenaires sociaux …

Pour joindre l’acte à la parole, plusieurs députés ECOLO (Muriel Gerkens, Evelyne Huytebroeck, Arnaud Pinxteren) et une vingtaine de militants se rendent à Bonn à vélo. Ils sont partis de Bruxelles ce matin 1er novembre aux côtés des équipes de Climate Express et participeront ce samedi à la Grande Marche de protestation à Bonn.